L’Auberge Port-Menier ravagée par les flammes

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
L’Auberge Port-Menier ravagée par les flammes

Anticosti – Samedi matin, les pompiers volontaires sont appelés à éteindre un feu au cœur du village d’Anticosti: l’Auberge Port-Menier brûle. Sur le coup, ils pensent pouvoir éteindre le feu, mais c’est ce dernier qui aura finalement eu le dessus. Si aucune personne n’a été blessée par l’incendie, c’est la perte d’un lieu important et même de quelques morceaux d’histoire qui sont partis en fumée.

Lui-même pompier volontaire, le maire d’Anticosti, Denis Duteau, n’était pas sur les premières lignes, plutôt affairé à la pompe d’eau. «Quand on est arrivé sur les lieux, on ne pensait pas que l’Auberge allait y passer. Mais le feu était pris dans les murs, c’est toujours dur d’évaluer ça sur le coup.» Après un énorme brasier qui durera environ trois heures, la bâtisse au complet y passait.

Le feu a tout détruit de l'Auberge Port-Menier. Photo: Alex
Le feu a tout détruit de l'Auberge Port-Menier. Photo: Alex
Grande perte
«C’était un bâtiment qui avait une valeur patrimoniale», explique le maire de la municipalité. En plus d’être un important lieu de rencontre, où des soupers et des réunions étaient tenus, l’Auberge Port-Menier abritait aussi la salle de curling. «Elle avait un côté social très important. Autant les employés que les gens du village sont touchés par la perte», estime M. Duteau.

Ironie du sort, des objets historiques qui avaient survécu au feu de la Villa Menier ont disparu dans l’incendie de samedi, comme des gravures de l’époque du fondateur de Port-Menier, Henri Menier. «Mais il y a d’autres vestiges ailleurs dans le village et au Québec. C’est quand même dommage», ajoute le maire. Le bâtiment lui-même datait de 1946, à l’époque où l’île appartenait à une compagnie forestière.

L’Auberge, qui appartient à la Société d’établissement de plein air du Québec (SÉPAQ) avait aussi une importance économique. En plus de servir durant la grosse saison de la chasse, avec ses 24 chambres, elle servait de lieu de transition entre l’aéroport et les camps de chasse.

C’est d’ailleurs la SÉPAQ qui devra décider si l’Auberge Port-Menier sera reconstruite, ce que souhaite le maire d’Anticosti. De son côté, il analysera si l’aréna peut accueillir le curling. Bien que l’enquête doit avoir lieu, tout porte à croire que l’incendie est d’origine accidentelle, indique Denis Duteau. Au moment de mettre sous presse, l’origine de l’incendie n’est pas encore connue.

Photo en haut de page: Bernard Jolicoeur

Partager cet article