L’attente en physio chute de 6 ans à 5 mois

L’attente en physio chute de 6 ans à 5 mois

Nadine Lachance, Jacinthe Poulin et Marc Fortin.

Crédit photo : Le Nord-Côtier

Le délai d’attente maximal en physiothérapie à l’hôpital de Sept-Îles est passé de plus de 6 ans à 5 mois. D’octobre 2016 à aujourd’hui, le nombre d’usagers en attente a chuté d’environ 700 à 200 personnes.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord a présenté le résultat de ses efforts mercredi à Sept-Îles. Ces données ne concernent pas les autres points de services de la Côte-Nord.

Pour en arriver à ces résultats, le service de réadaptation a commencé par faire une révision complète de la liste d’attente pour éliminer les personnes qui n’avaient plus besoin des services, par exemple ceux qui avaient déménagé. Cela a permis de diminuer la liste à 411 patients.

«C’était un paquet de gens qui attendaient quelque part dans un classeur», rappelle Nadine Lachance, directrice des programmes de déficience intellectuelle, troubles du spectre de l’autisme et déficience physique.

Une équipe de sept employés menée par Jacinthe Poulin, gestionnaire en déficience physique adulte, a ensuite lancé une réforme complète du service.

Cette réforme de type «Kaizen» a permis de trouver et d’appliquer diverses solutions. On note entre autres la création d’un guichet d’accès unique de la liste d’attente, une diminution de la paperasse, une politique d’absentéisme claire et une réorganisation du travail pour augmenter le temps alloué aux usagers.

«On a travaillé pendant cinq jours pour trouver des solutions pour y arriver», relate Mme Poulin.

Encore moins

Le service de réadaptation en physiothérapie veut abaisser le temps d’attente à seulement trois mois. Il s’agit de leur objectif avoué depuis le tout début de la réforme.

Le directeur général du CISSS de la Côte-Nord, Marc Fortin, espère que la solution puisse être exportée dans d’autres services sur l’ensemble de la Côte-Nord.

«Vous êtes la preuve vivante que les solutions au CISSS, ça passe par les employés. Vous avez fait une prise de conscience extraordinaire sur la situation. Vous avez voulu vous remettre en question, et ça, c’est méritoire. C’est très inspirant ce que vous avez fait», a-t-il encensé ses employés.