L’année de tous les défis pour Ressource le Phare

Photo de Vincent Rioux-Berrouard - Initiative de journalisme local
Par Vincent Rioux-Berrouard - Initiative de journalisme local
L’année de tous les défis pour Ressource le Phare

La dernière année a été plus que chargée pour la Ressource le Phare à Port-Cartier qui a dû gérer plusieurs dossiers comme l’ouverture d’un magasin de réemploi et, bien sûr, les effets de la pandémie.

Comme l’explique la directrice générale de la Ressource le Phare, Asmaa Essalhi, le début de la pandémie a demandé la mise en place de nouvelles mesures pour l’organisme, notamment pour le centre de tri. Ainsi, au début de la crise, le Phare a dû créer de nouveaux horaires et être en activités 7 jours sur 7 pour s’assurer que la distanciation physique soit respectée sur la table de tri.

Une autre problématique qui a surgi au début de la pandémie fut la difficulté pour l’organisme d’avoir les équipements de protection nécessaires comme les masques, les gants et le désinfectant. «Cela a causé de nombreuses contraintes pour nous parce qu’on devait respecter les contrats que le centre de tri avait, mais en même temps, il faut s’assurer que nos employés sont en sécurité», affirme Asmaa Essalhi.

Une des réalisations importantes pour la Ressource le Phare en 2020 fut l’ouverture d’un nouveau magasin de réemploi au mois de juin situé sur le boulevard Portage des Mousses.

Selon Mme Assalhi, le magasin a connu un beau succès à ses débuts. Il y a même eu un moment où ils ont craint d’avoir un problème d’approvisionnement pour remplir les tablettes.

Actuellement, le magasin n’est pas ouvert en raison des mesures de confinement, mais il est possible pour les clients de récupérer des articles avec un service de cueillette. Le magasin a aussi un site Web qui comprend un volet transactionnel.

Défis en 2021

Un dossier qui retiendra l’attention de la Ressource le Phare en 2021 est celui du projet de loi 65 qui porte sur la modernisation de la collecte sélective. Une inquiétude que Le Phare a, avec ce projet de loi, est que dans sa forme actuelle, l’organisme perdrait son droit de conclure des ententes de gré à gré avec les municipalités à partir de 2025.

Dans ce nouveau système, l’organisme devrait alors être en compétition avec des entreprises privées pour obtenir des contrats lors d’appel d’offres. Mme Assalhi craint que ce système basé sur le plus bas soumissionnaire vienne nuire à la mission de la Ressource le Phare qui est « la création d’emploi pour des personnes qui vivent avec des limitations».

Comme il s’agit seulement d’un projet de loi pour l’instant, les entreprises adaptées comptent faire des représentations auprès du gouvernement pour s’assurer que leur situation soit prise en compte.

Un autre objectif en 2021 pour la Ressource le Phare sera notamment de rendre l’environnement de travail au centre de tri plus agréable et sécuritaire, notamment en travaillant sur la modernisation des équipements.

La directrice générale affirme que l’objectif à long terme de l’organisme est de devenir un centre de tri régional et pour cela, il faudra étudier l’option d’un agrandissement pour augmenter la capacité du centre.

Une nouvelle directrice

Bien qu’elle ne soit qu’en poste depuis le mois d’août à la direction générale, Asmaa Essalhi connaît bien la Ressource Le Phare, ayant occupé le poste de comptable au sein de l’organisme depuis 2017. Elle se dit prête à relever ce nouveau défi.

« Quand tu viens travailler au Phare, il se développe un fort sentiment d’appartenance. On ne travaille pas ici juste pour un salaire. On le fait aussi pour une cause qui est sociale», conclut Asmaa Essalhi.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires