La Ville met les pendules à l’heure concernant la Corporation de protection de l’environnement

La Ville met les pendules à l’heure concernant la Corporation de protection de l’environnement

Réjean Porlier

Crédit photo : archives Le Nord-Côtier

Suite à la publication des deux radios locales concernant une «crise» à la Corporation de protection de l’environnement de Sept-Îles (CPESI), le maire Réjean Porlier souhaite rétablir les faits. Il mentionne qu’il n’y a pas de «chasse aux sorcières» et que les corporations municipales doivent naturellement rendre des comptes à la Ville.

Les radios locales de Sept-Îles publiaient hier une nouvelle selon laquelle une «crise» serait installée à la Corporation de protection de l’environnement de Sept-Îles.

«La directrice Stéphanie Prévost est en arrêt de travail. Deux autres employés ont quitté le navire […] Un des administrateurs de la corpo Pascal Langlois croit que le maire Porlier fait un powertrip», pouvait-on lire dans la publication en question.

Depuis que la nouvelle a été publiée, l’une des employés, qui avait supposément quitté son poste, a répondu qu’elle «n’avait pas quitté le navire», mais était simplement en congé de maternité. Pascal Langlois affirme quant à lui avoir fait une erreur et qu’il ne commentera plus tant que le rapport de la firme externe qui a évalué la CPESI ne sera pas disponible.

La présidente de la corporation municipale, Alexandra Elsliger, affirmait pour sa part qu’il s’était développé un conflit de personnalités entre la directrice générale, Stéphanie Prévost, et le conseil municipal. Mme Elsliger n’a pas rappelé le Journal.

Pas de chasses aux sorcières

Réjean Porlier a voulu intervenir pour rétablir les faits quant à la relation entre la CPESI et la Ville.

«Il n’a jamais été question de faire cesser les opérations de la CPESI. Pour le conseil municipal, il est tout à fait légitime, après toutes ces années de partenariat, de questionner le mandat et de le redéfinir au besoin. Pour les gestionnaires de fonds publics que nous sommes, ne pas faire cet exercice serait faire preuve de laxisme, voire de mauvaise gestion».

Le même exercice avait été fait l’hiver dernier pour Développement Économique Sept-Îles, ce qui avait permis «d’actualiser le mandat et de renforcir les liens avec le conseil municipal».

Il rappelle que suite à l’élection, l’ensemble des conseillers avait exprimé leur volonté de se pencher sur la gouvernance et les processus de reddition de comptes des corporations municipales.

Coordonner les actions environnementales

Avec la Corporation de protection de l’environnement de Sept-Îles, le but de la démarche est d’assurer une meilleure cohésion des actions en matière d’environnement.

«Les enjeux environnementaux occupent une place de plus en plus importante dans les activités municipales et conséquemment, des sommes substantielles y sont consacrées chaque année pour répondre aux obligations gouvernementales et aux attentes des citoyens», explique le maire de Sept-Îles.

Le rapport de la firme externe responsable d’analyser la CPESI sera bientôt disponible. Réjean Porlier espère qu’il permettra de «proposer de nouvelles bases de partenariat».