La tordeuse de bourgeons de l’épinette sévit encore

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques

La tordeuse de bourgeons de l’épinette (TBE) cause des dommages aux forêts nord-côtières. Depuis 2009, un programme de lutte contre la TBE est en cours, afin de maintenir en vie les peuplements forestiers les plus vulnérables à ce type d’insecte, qui continue néanmoins à faire des dégâts.

Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) informe la région de la Côte-Nord que la tordeuse de bourgeons de l’épinette, sous forme de papillon, s’est accrue au cours des derniers jours. Sa présence a été principalement constatée dans les secteurs de Forestville, Baie-Comeau et Port-Cartier. Ces insectes peuvent être présents dans les municipalités. Ils sont actifs la nuit et peuvent parfois être attirés en très grand nombre par la lumière.

Les dommages
La TBE s’attaque particulièrement à l’épinette blanche et au sapin baumier. La chenille se nourrit des aiguilles de l’année courante et lorsque la ressource vient à manquer, elle consomme le feuillage des années antérieures. C’est au mois de juillet que les dommages sont les plus apparents. Les arbres prennent alors une teinte rougeâtre. Après trois ou quatre années de défoliations successives, les arbres les plus faibles commencent à mourir.

Des opérations d’arrosage aérien d’insecticides biologiques ont été réalisées cet été dans la région par la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM). Les équipes ont couvert environ 77 000 hectares. Les activités d’arrosages s’inscrivent dans un programme de lutte contre la TBE qui a débuté en 2009 et s’échelonnera sur une période d’au moins dix ans.

Le papillon mangeur d’arbres est d’une couleur terne variant du brun au gris. Ses ailes ont une envergure d’environ 22 mm et sont parsemées de taches foncées grisâtres.

Partager cet article