La SÉPAQ reconstruira l’Auberge Port-Menier

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques

Anticosti – À 9h05, le 19 novembre dernier, un incendie se déclenchait à l’Auberge Port-Menier, sur l’île d’Anticosti. À 13h, la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) prenait déjà la décision de reconstruire le bâtiment. Estimée pour le moment à 4 millions $, la Société profitera de la reconstruction pour améliorer l’Auberge afin de mieux accueillir les touristes et les chasseurs.

Le directeur des opérations secteur faunique, Dave Boulay, n’hésite pas une seconde, «c’est très clair, il faut redoter le village d’un tel bâtiment.» Cette décision si rapide, alors que le feu n’était pas encore éteint, provient justement de l’importance du bâtiment pour la communauté, explique M. Boulay.

Et tant qu’à reconstruire, aussi bien améliorer le produit. «On ne fera pas une bâtisse identique. À l’origine, c’était un bâtiment pour les travailleurs forestiers, bâti en 1946. Ce n’était pas touristique. On veut rapprocher l’Auberge de l’eau et que les chambres et la salle à manger aient une vue sur la mer.» Le nouvel édifice sera donc construit une dizaine de mètres plus près du golfe Sainte-Laurent. M. Boulay ajoute que de meilleurs et plus nobles matériaux serviront probablement pour la nouvelle auberge. Quant à la capacité, des évaluations doivent êtres faites. «Nous verrons selon nos besoins.»

La SÉPAQ souhaite entamer les travaux dès mai 2012 pour une ouverture au printemps 2013. D’ici le nouveau bâtiment, les touristes seront invités ailleurs. «Dès le lendemain, on était opérationnel, on avait déjà déménagé nos clients et nos services. On offrait un repas à la salle des Chevaliers de Colomb», précise d’ailleurs le directeur des opérations secteur faunique.

M. Boulay se montre aussi rassurant pour la quinzaine d’emplois saisonniers reliés à l’Auberge Port-Menier. La grosse saison étant déjà chose du passé, seulement 7 d’entre eux étaient encore à l’emploi, et ce, jusqu’en début décembre. À la reprise de la saison touristique, la SÉPAQ a garanti que les employés seraient sollicités, en étant au pire réaffectés dans un autre bâtiment de la Société.

Voir notre article sur l’incendie de l’Auberge Port-Menier: « L’Auberge Port-Menier ravagée par les flammes« .

Photo: Bernard Jolicoeur

Partager cet article