La députée Marilène Gill propose la boîte à tarif fixe pour l’envoi de colis

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
La députée Marilène Gill propose la boîte à tarif fixe pour l’envoi de colis
La députée Marilène Gill et le Bloc québécois ont pu faire adopter une motion demandant au gouvernement de hausser de 15 à 50 le nombre de semaines de prestations d’assurance-emploi accordées aux travailleurs atteints de maladie grave.

La députée de Manicouagan, Marilène Gill, qui a réagi il y a une dizaine de jours sur les services postaux en Minganie et en Basse-Côte-Nord, réclamant un service « digne de ce nom », y va d’une partie de solutions pour Postes Canada. Elle propose la boîte à tarif fixe pour l’envoi de colis.

« Parmi les solutions envisagées afin de diminuer les frais de poste des citoyens, la boîte à tarif fixe est accessible sur le territoire, mais elle est méconnue et disponible en quantités insuffisantes. Nous demandons que Postes Canada révise son inventaire de boîtes à tarif fixe et fasse en sorte que le matériel nécessaire soit envoyé sur la Basse-Côte-Nord et en Minganie dans les plus brefs délais », suggère la bloquiste.

La boîte, offerte en trois formats, est une option avantageuse pour les colis ne dépassant pas 5 kg, dont le prix, moins dispendieux que la poste régulière, varie entre 18 $ et 30 $, taxes en sus. L’envoi d’un paquet de grand format, pesant 5 kg, par poste régulière, coûterait près de 20 $ de plus.

« Dans le but que les Nord-Côtiers puissent se prévaloir de ce produit, je ferai parvenir aux Bas-Côtiers et aux Minganois, dans les prochaines semaines, une lettre informative présentant la boîte à tarif fixe. Aussi, pour présenter la boîte à la communauté de la Basse-Côte-Nord, j’en ai fait parvenir un échantillon, cette semaine, à Randy Jones, maire de Gros-Mécatina », poursuit Marilène Gill.

Consciente qu’il ne s’agit que d’une partie de la solution, la députée de Manicouagan continuera de travailler avec son équipe afin de sensibiliser Postes Canada et la ministre responsable de la Société canadienne des postes, Anita Anand, face aux réalités vécues par les citoyens de la Côte-Nord.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de