La communauté attristée par le départ de Réginald Vollant

La communauté attristée par le départ de Réginald Vollant

Réginald Vollant (à gauche) accompagné de Vincent Vallières et de Kim Fontaine.

Crédit photo : Archives Le Nord-Côtier

Le décès de Réginald Vollant affecte non seulement les communautés de Uashat mak Mani-Utenam, mais aussi les autres communautés avec qui il aura su créer des ponts grâce à ses nombreuses implications dans le monde culturel.

Directeur du Festival Innu Nikamu et de la station de radio CKAU depuis 2011, Réginald Vollant, 57 ans, est décédé du cancer en fin de journée lundi à la maison de soins palliatifs l’Élyme des Sables, à Sept-Îles.

Les vibrants témoignages fusent de part et d’autre depuis. Le coordonnateur du festival, Kim Fontaine, et le président du conseil d’administration de CKAU, Charles Robertson, ont dit perdre beaucoup plus qu’un ami et un collaborateur. Ils rappellent qu’il était un leader qui les a aidés à se surpasser.

«Il était un homme empreint d’un très grand respect et il nous aura fait comprendre que la mission qu’il s’était lui-même donnée, celle du rapprochement des Nations, était le chemin que nous devions suivre pour le partage des valeurs autochtones traditionnelles», affirment-ils.

Un grand ambassadeur

Le Chef du Conseil de bande de Uashat mak Mani-Utenam, Mike Mckenzie, s’est dit profondément touché par ce départ. Il souligne sa volonté et son désir inébranlable de promouvoir et de partager les valeurs et la culture innue bien au-delà des frontières traditionnelles de la communauté.

«Par sa personnalité, son énergie et son dynamisme, Réginald aura largement contribué au rapprochement des communautés.»

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, considère que Réginald Vollant était un grand ambassadeur non seulement pour sa communauté, mais aussi pour Sept-Îles. Il se souvient qu’il est un des premiers à être venu le voir après sa première élection pour discuter de rapprochement entre les communautés.

Il le décrit comme un homme doté d’une grande ouverture, très dynamique, mais aussi très humble.

«Il était très fier. Il n’était pas dans un mode de se plaindre, il était dans un mode de travailler pour changer les choses. Moi c’est le Réginald que j’ai connu», se remémore-t-il.

«Je pense que quelque part, il souhaitait intérieurement qu’il y ait une relève qui s’assure de poursuivre les efforts en matière de rapprochement. Je pense qu’il a semé des belles graines», ajoute-t-il.

Funérailles

Réginald Vollant laisse dans le deuil sa conjointe, ses huit enfants, ses frères et sa sœur, sa famille et ses amis. Les funérailles auront lieu le jeudi 9 août, à 14h, à l’église de Notre-Dame-du-Cap de Mani-Utenam.

En plus d’être directeur du Festival Innu Nikamu et de la station de radio CKAU, il a contribué à la création du Musée Shaputuan et en a été le directeur de 1997 à 2003. Photographe de formation, il était de plus président et producteur exécutif de Terre Innue, une compagnie de production de films, d’émissions télé et de documentaires.