La Commission des relations du travail suspend ses audiences

Photo de Fanny Lévesque
Par Fanny Lévesque
La Commission des relations du travail suspend ses audiences

La Commission des relations du travail (CRT) a suspendu ses audiences au palais de justice de Sept-Îles, jusqu’au 15 novembre prochain. La CRT étudie toujours la plainte déposée par le travailleur de la CSN-Construction, Harold Richard, qui dit avoir été victime d’intimidation de la part de l’agent d’affaires de la FTQ-Construction, Bernard Gauthier. Le plaignant, qui a aussi intenté des poursuites contre l’entreprise Équipements Nordiques soutient aussi avoir perdu son emploi en 2009, à la suite de son adhésion à la CSN.

Bien que les faits reprochés soient relativement simples, la commission a accédé à la demande de la CSN d’élargir la preuve afin de faire la lumière sur tout un système d’intimidation et de discrimination en fonction de l’allégeance syndicale qui minerait le climat de travail et les droits des travailleurs sur la Côte-Nord, et dont, l’agent d’affaires de la FTQ-Construction, Bernard Gauthier, serait en partie responsable.

Aldo Miguel Paolinelli (Photo: Clément Allard)

De passage à Sept-Îles pour l’occasion le président de la CSN-Construction, Aldo Miguel Paolinelli, a rappelé toute l’importance que revêt la cause pour l’industrie. «Ce n’est pas un cas isolé [celui de Harold Richard], ça fait longtemps que nous dénonçons la discrimination, c’est un système bien huilé qui affecte directement les travailleurs», a-t-il expliqué en entrevue au Journal. Pour la CSN, «le courage et la témérité» de Harold Richard valaient la peine d’y mettre l’emphase pour dévoiler ce système.

Commission d’enquête à rabais
Voilà pourquoi depuis maintenant plus d’un an, les audiences ont pris la tournure d’une commission d’enquête à rabais selon la FTQ-Construction. «On pourrait croire que Bernard Gauthier sert de bouc émissaire», a fait valoir l’avocate de la FTQ, Julie Boyer. «Mais on ne pense pas que ça va jouer contre nous.» Pendant ce temps, «ce sont les syndicats qui font sauver de l’argent au gouvernement», a rajouté le principal visé dans cette affaire, Bernard Gauthier, qui confie appréhender la décision finale. «Avec tout le battage médiatique et la campagne de salissage dont je suis victime, j’ai des craintes, mais bon, je fais confiance à la commissaire.»

Bernard Gauthier (Photo: archives)

Mardi, la FTQ a amorcé la présentation de sa preuve en faisant entendre une dizaine de témoins, dont le responsable des relations de travail sur les chantiers d’Hydro-Québec, Robert Gingras, qui a affirmé toujours avoir eu de bonnes relations avec Bernard Gauthier. Un travailleur anglophone de la Basse-Côte-Nord et l’ancien chef Innu de Natashquan, Richard Malec, ont aussi témoigné avoir eu beaucoup d’aide et d’appui de la part de l’agent d’affaires. La FTQ-Construction devrait placer une autre dizaine de témoins dans le box d’ici la fin des procédures, dont Bernard Gauthier qui sera entendu en dernier.

Inciter les autres à dénoncer
La CSN a aussi fait entendre une vingtaine de témoins de l’industrie de la construction plus tôt cette année. Des travailleurs avaient confié avoir été victimes d’intimidation ou de pression de la part de la FTQ-Construction en raison de leurs affiliations syndicales. «La preuve que nous avons déposé a donné une ouverture à celle de la défense, maintenant, la juge va retenir ce qu’elle veut», a précisé l’avocat de la CSN, Dany Milliard.

Pour Aldo Miguel Paolinelli, le cas de M. Richard pourra certainement inciter d’autres individus à dénoncer des actes d’intimidation ou de discrimination dans l’industrie de la construction. «Si on peut en faire la preuve et contribuer à faire prendre conscience à la population de ce qui se passe, peut-être que d’autres vont dénoncer.» Selon M. Paolinelli, il n’est pas facile pour les travailleurs de briser le silence en raison de la précarité de l’emploi dans la construction et du fait «que tout le monde se connait sur la Côte-Nord».

Pour sa part, Équipements Nordiques se défend d’avoir mis à pied Harold Richard en raison de son allégeance syndicale. «C’est plutôt parce qu’un employé régulier était de nouveau disponible que nous avons remplacé M. Richard», a plaidé l’avocat de l’entreprise, Luc Dion.

En parallèle, la CRT entend aussi la plainte d’un membre de la CSN-Construction contre le représentant de la FTQ-Construction, Bernard Gauthier et l’entreprise, Locations de l’Anse. Le travailleur, Yvon Thériault, aurait été congédié, deux jours après son embauche, après que l’entrepreneur se serait rendu compte qu’il n’était pas membre de la FTQ.

L’avocat de la CSN-Construction, Dany Milliard, en compagnie de son client, le travailleur, Harold Richard.

Partager cet article