La 3e édition de Sept-Îles en mots est lancée

La 3e édition de Sept-Îles en mots est lancée

Le musicien Marco Dionne accompagne la conteuse Myriame El Yamani en ouverture du dévoilement de la programmation.

Crédit photo : Le Nord-Côtier

Le festival de contes et littérature pourra finalement avoir lieu. Le financement par Patrimoine Canada aura été confirmé à la dernière minute, la veille du lancement de la troisième édition de «Sept-Îles en mots». Jusqu’au 9 septembre, près d’une vingtaine de conteurs, chanteurs, poètes et auteurs seront présents.

C’est au son d’une musique aux accents africains, jouée par la conteuse d’origine maghrébine Myriame El Yamani, que le comité organisateur du festival a annoncé les grandes lignes de cette troisième édition. Joan Grégoire, présidente, a déclaré d’entrée de jeu qu’elle n’était même pas certaine de pouvoir présenter l’évènement il y a encore quelques jours.

«Notre partenaire majeur, Patrimoine Canada, nous a confirmé aujourd’hui seulement leur financement (mercredi 5 septembre)», affirme Mme Grégoire.

Jeanne d’Arc Vollant, vice-présidente et membre du comité organisateur, affirme que c’est l’ingéniosité de l’équipe qui aura permis de réaliser l’évènement dans de tels délais.

«On est des créateurs, des artistes, et on s’en est sorti grâce à notre ingéniosité créatrice! Ce qu’il faut souligner aussi, c’est la diversité culturelle qu’on retrouve à notre table», mentionne Mme Vollant. En effet, jeune, aînés et Innus se côtoient au sein du comité.

Les mots s’envolent

Le festival a débuté le jeudi 6 septembre avec plusieurs enregistrements de l’émission «Les Mots Dits Conteurs», diffusée par NousTv. Les tournages ont lieu au Vieux-Poste, sur le site de Sept-Îles en mots. Une autre journée de tournage a lieu le 7 septembre. Le public est d’ailleurs invité à assister en direct aux enregistrements.

«C’est de cette émission, créée par la conteuse Louise Tanguay, qu’est parti le festival en fait. Venez voir ça, on va réveillez le conteur en chacun de vous!», lance Joan Grégoire.

Cette année, le comité organisateur voulait faire «voyager les mots encore davantage». Joan Grégoire raconte avoir cherché longtemps un moyen de le faire.

«Je pensais qu’on pourrait envoyer des bouteilles à la mer, mais je trouvais ça peu écologique. J’y ai réfléchi longtemps, l’idée ne voulait pas me sortir de la tête.»

Elle dit avoir finalement eu l’idée du transport par bateau, une idée qui a aussi plu aux gens du Port de Sept-Îles. Une boîte remplie des lettres des festivaliers prendra donc le large à bord d’un navire après le festival, vers une destination inconnue.

«La boîte sera sur le site du Vieux-Poste, n’importe qui pourra y déposer une lettre. Le but est de faire voyager les mots. En écrivant leurs coordonnées, les gens peuvent s’attendre à recevoir une réponse qui pourrait venir de n’importe quel continent», explique la conteuse.

Les amateurs de contes et poésie peuvent s’attendre à revoir le festival l’année prochaine. Des activités mensuelles pourraient même aussi voir le jour cette année, souligne Mme Grégoire. Pour plus d’informations sur la programmation, l’équipe du comité organisateur invite la population à consulter le site web et la page Facebook du festival.