Kashtin aime la scène

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
Kashtin aime la scène
BV : Claude Mckenzie et Florent Vollant remonteront sur la scène qui les a mis au monde, celle d’Innu Nikamu. (Photo : Facebook - Festival Innu Nikamu)

Kashtin, le célèbre duo de Uashat mak Mani-utenam formé de Florent Vollant et Claude Mckenzie, est pratiquement né en même temps que le festival Innu Nikamu. Trente-cinq ans plus tard, les deux hommes monteront encore une fois sur scène, leur endroit de prédilection.

Retournons en 1984. Première édition d’Innu Nikamu. Florent et Claude sont de la fête comme musiciens pour Philippe McKenzie. Florent fait également partie de l’organisation de l’événement. Claude se produit aussi en solo.

Un an plus tard, Vollant et Mckenzie sont de la deuxième édition. Ils forment cette fois Kashtin.

Il se sera écoulé près de quatre ans avant le premier album. Le duo et ses musiciens ont voyagé. «On était sur la route, on jouait dans les bars, les mariages, les pow-wow, les rassemblements, dans les communautés», de dire Florent.3001

La «tornade» (kashtin en innu) était donc prête quand elle s’est pointée à Montréal pour travailler sur son premier album, album éponyme sorti en 1989. «On avait un bon bagage musical», de rappeler Vollant.

La scène, un mode de vie

Kahstin, c’est un mode de vie pour les deux artistes. «Faire de la musique, c’était ça notre intention. On voulait monter sur scène, on voulait un public. On ne se posait pas de question. On nous invitait et on aimait ce qu’on faisait. C’était nous autres, c’était Tshinanu. On avait une fierté à travers ça», souligne Florent, décoré du titre de Chevalier de l’Ordre national du Québec en juin.

La route, les spectacles, c’était leur école pour Florent Vollant et Claude Mckenzie. Ils apprenaient en même temps et avaient un bon public qui les suivait.

Au fil du temps, les deux hommes ont pris des routes différentes, mais ils sont toujours heureux de se retrouver sur scène, laisse entendre l’artiste. Kashtin se retrouve encore pour des spectacles partout en province, dans les communautés et même ailleurs. Le duo s’est d’ailleurs produit le 20 juillet à Mashteuiatsh au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

«L’esprit est le même, c’est la même chose, la scène. On se retrouve une fois de temps en temps, ça nous fait du bien et j’en suis heureux». L’entraide et le partage de la musique retournent à la surface pour les deux hommes au travers des parcours solos différents.

À la maison

Kashtin remontera sur sa scène, celle du festival Innu Nikamu, le vendredi 2 août, 20 h.

Florent Vollant voit une pression supplémentaire de se produire à la maison. «C’est chez nous, on est venu au monde avec le festival. Ça demande plus, les gens connaissent notre musique, il faut être bon et être à la hauteur», confesse-t-il.

Interrogé à savoir si Kashtin pourrait offrir un nouvel album, Florent Vollant n’écarte pas la possibilité.

«On n’y pensait pas au début, notre intention n’était que de monter sur scène (le duo compte trois albums à son actif). On ne se pose pas de question, si ça se présente en temps et moment, on verra. Tant et aussi longtemps que moi et Claude nous serons vivants, tout est possible. On se ne met pas de barrière, pas de but».

 

 

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de