J’t’aime encore : vivre en région en scrutant nos rêves et nos aspirations

Photo de Louise Savard
Par Louise Savard
J’t’aime encore : vivre en région en scrutant nos rêves et nos aspirations
Marie-Joanne Boucher foulera seule les planches pour présenter J’t’aime encore.

Avec l’absolue conviction que la pièce J’t’aime encore saura toucher et interpeller un large public, la comédienne et productrice Marie-Joanne Boucher entreprend en février la tournée des principales villes de la Côte-Nord.

Intrigué par une telle assurance, il était tout naturel de lui demander d’où lui vient cette certitude.

«Je convie vraiment les gens à venir voir cette pièce parce que d’abord j’y crois beaucoup […]. Je crois que ce spectacle-là fait du bien», soutient-elle. Elle y croit tellement, qu’en riant, elle nous annonce que si on n’aime pas la représentation elle nous rembourse!

Genèse du projet

Projet en tête, happée par l’écriture «très vivante» de l’auteure Roxanne Bouchard, et persuadée que celle-ci pouvait l’adapter au théâtre, quelques rencontres plus tard, les deux complices se sont mises à l’œuvre. J’t’aime encore était en marche.

«Elle (Roxanne) est arrivée avec un plan précis, on s’est parlé des thèmes qu’on voulait aborder. On a le même âge. C’est très très inspiré de nos deux vies», souligne Marie-Joanne Boucher.

Dans ce qu’il est convenu d’appeler un monologue amoureux, de grands thèmes y sont abordés : questionnement sur nos choix de vie, sur la carrière, les enfants, la vie en région et précise-t-elle, «… de l’enracinement amoureux, du fait d’être en couple. De la fidélité ou de l’infidélité. De mettre parfois ses rêves et sa carrière de côté.»

De grandes réflexions certes mais, sans vouloir volontairement nous en préciser davantage, «il y aurait encore plus! », sauf peut-être cette confidence à l’effet que le spectacle se transforme et se modifie quand elle fait face à la salle.

«Il a une forme ce spectacle. Une relecture dans la mise en scène de François Bernier». Ce qui en fait un «petit bijou de spectacle».

Hommage aux régions

En tournée depuis septembre 2018, la pièce J’t’aime encore est produite partout au Québec avant d’être joué à La Licorne tout l’automne 2019. Habitant Lanaudière tout comme l’auteure Roxanne Bouchard, la comédienne, également productrice de son spectacle, y tenait fortement.

«J’suis tannée que tout tout tout sorte de Montréal, ça m’agace. J’avais envie qu’on parle de la région de façon pas ringarde. La vraie région. Y’a des côtés positifs à habiter en région. Il aussi des côtés négatifs, mais ce sont des choix qu’on faits».

Jouer solo : un rêve réalisé

Une heure vingt sur scène sans partenaire est un exercice sans doute délicat et exigeant. Plusieurs refusent un tel scénario confirme-t-elle. Marie-Joanne Boucher elle, rêvait depuis longtemps de ce rapport avec son public.

«Mon partenaire, c’est le public. Ce spectacle-là on est ensemble [..]. C’est la plus belle expérience de ma carrière. Grâce à ce spectacle, j’habite mon métier.»

Tournée régionale

D’une durée d’une heure vingt minutes sans entracte, J’t’aime encore entreprend sa tournée nord-côtière sur les planches du Centre des arts de Baie-Comeau le 21 février. Par la suite, le trajet amène la troupe à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles le lendemain, suivi de la Shed-à-Morue de Havre-Saint-Pierre le 23 février pour se terminer sur la petite scène du Café-Théâtre Graffiti de Port-Cartier le 25 février. Toutes les représentations sont à 20h.

Partager cet article