Jeunes du Parti québécois: Le défi d’un grand territoire

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques

Même si les deux circonscriptions de la Côte-Nord ont été représentées presque sans interruption par le Parti québécois depuis 1976, il n’est pas facile de recruter des jeunes pour militer au sein du Comité national des jeunes du Parti québécois. L’étendue de la région complique l’implication des moins de 30 ans.

«Ç’a été difficile au début (de former un comité régional) sur la Côte-Nord. Ce n’est pas qu’il n’y a pas de jeunes», a mentionné la présidente du Comité national des jeunes du PQ, Ariane Cayer, de passage à Sept-Îles mardi dans le cadre d’une tournée nationale.

«La région est très grande. C’est beaucoup de millage pour faire un peu de militantisme. Vive la technologie», lance Joé Champagne, président régional des jeunes du PQ de la Côte-Nord, pour illustrer les défis que posent les distances dans la région. «Ça commence à embarquer tranquillement», assure-t-il.

Lorsque le comité régional a été formé il y a deux ans, il n’y avait que 15 à 20 jeunes membres actifs sur la Côte-Nord «ce qui n’était pas grand-chose», explique M. Champagne. «Ce printemps, on était 86 jeunes. Il y a un intérêt, ça monte», ajoute-t-il. «Dans le secteur de Montréal, même au niveau de la mobilisation, les distances sont déjà un défi, par exemple en Montérégie», renchérit Mathieu Désilets, conseiller de l’exécutif au Comité national.

La présidente Ariane Cayer mentionne toutefois que le membership en cartes de membre n’est pas nécessairement représentatif des résultats électoraux. «C’est une perception de contrainte», affirme M. Désilets.

«Il faut revoir notre façon de faire les choses, notre façon de faire un lien avec les gens sans nécessairement que ça passe par les cartes de membre», continue Mme Cayer qui croit que les électeurs veulent moins «s’étamper pour un parti».

Celle-ci explique que les comités de jeunes du Parti québécois permettent aux idées des militants de cheminer au sein du parti et de peut-être éventuellement devenir une proposition gouvernementale. La délégation a rencontré mardi Transit Sept-Îles et a pu constater les projets économiques en cours avec Développement économique Sept-Îles et la Chambre de commerce.

Ils ont également rencontré l’association étudiante du Cégep de Sept-Îles et la candidate du Bloc québécois, Marilène Gill, avant de se diriger à Baie-Comeau, mercredi. Les jeunes péquistes de la Côte-Nord comptent s’impliquer dans l’élection partielle dans René-Lévesque.


 

La présidente du Comité national des jeunes du Parti québécois, Ariane Cayer, est entourée du conseiller de l’exécutif, Mathieu Désilets et du président régional, Joé Champagne. (Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article