Invention «purement nord-côtière»: Lancement d’une application mobile pour protéger l’eau

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
Invention «purement nord-côtière»: Lancement d’une application mobile pour protéger l’eau
L’application a été créée pour être facile d’utilisation.

L’Organisme de bassins versants (OBV) de Duplessis a lancé une application mobile, Ubiquit’eau, qui permet de signaler des risques environnementaux pour l’eau sur le territoire de l’Est de la Côte-Nord. Un outil qui a été réalisé entièrement à Sept-Îles.

L’application Ubiquit’eau, compatible avec les appareils Android, peut être téléchargé gratuitement sur le site web de l’OBV ou sur la plateforme Google Store depuis le 7 janvier. L’outil permet d’informer l’organisme de situations touchants l’eau et d’envoyer des photos. Si l’utilisateur se trouve dans une zone qui n’est pas couverte par le réseau Internet, l’application enregistre les coordonnées GPS. Il émet ensuite un avertissement lors du retour dans une zone connectée.

Les citoyens téléchargeant l’application pourront donc avertir l’OBV si un secteur de la route blanche est fermé en raison d’une crevasse, de signaler la présence d’algues bleues dans un lac, une inondation ou avertir d’un problème d’érosion des berges, par exemple. L’application peut aussi servir à dénoncer la présence de déchets ou de dépotoirs clandestins ou de signaler un problème de mortalité d’oiseaux piscivores.

«Depuis qu’on est né (en 2010), on pensait à ça. On a toujours été confronté à un problème de concertation», a expliqué le directeur général de l’OBV de Duplessis, Ghassen Ibrahim. L’application aidera l’organisme à sélectionner ses interventions, alors qu’il est le plus grand OBV au Québec avec un territoire de 127 000 km2. L’équipe doit veiller sur 104 bassins versants comparativement à une vingtaine pour le second plus grand OBV.

Les citoyens téléchargeant l’application pourront donc signaler la présence d’algues bleues dans un lac, une inondation ou avertir d’un problème d’érosion des berges, par exemple.

«Pourquoi ne pas vitamiser, amplifier, donner un réel coup de pouce à la concertation via un logiciel qui peut aller rejoindre monsieur et madame Tout-le-monde partout dans le territoire, facile d’accès (…) qui ne demande pas de connaissances en informatique», a mentionné M. Ibrahim.

Conçue à Sept-Îles
«C’est une invention purement nord-côtière», lance avec fierté Ghassen Ibrahim. L’OBV a engagé à la fin de l’été Myriam Luce pour qu’elle conçoive l’application et un nouveau site Internet pour l’organisme dans le cadre d’un stage de fin de baccalauréat en informatique.

Myriam Luce avait déjà travaillé pour l’OBV Duplessis avant de se réorienter en informatique en 2012. «Ça s’est bien enclenché. J’ai eu beaucoup de chance de l’avoir parce qu’un projet comme ça peut coûter de 20 000$ à 30 000$ si on demande à une agence privée», a expliqué le directeur général. L’organisme a déjà reçu un signalement depuis le lancement de l’application. Ghassen Ibrahim aimerait bien présenter cette innovation aux autres OBV de la province.

Partager cet article