Hydro-Québec ouvre les portes d’Outardes-3

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Hydro-Québec ouvre les portes d’Outardes-3
Le retraité Jean Lavoie et le chef centrales milieu de complexe, Christian Côté, posent devant le barrage Outardes-3.

La centrale Outardes-3 a 50 ans en 2019. Pour souligner l’événement, Hydro-Québec inscrira une première dans les annales de l’installation en ouvrant ses portes au public, samedi, avec la visite attendue de 200 personnes.

Après avoir célébré en grande pompe le 50e anniversaire de l’inauguration du barrage Daniel-Johnson en septembre, la société d’État s’apprête donc à festoyer de nouveau. Une visite médiatique a d’ailleurs été tenue jeudi.

« On est agréablement surpris. On a eu beaucoup d’inscriptions pour la visite qu’on a affichée dans le journal. On a au-dessus de 200 personnes qui vont venir visiter la centrale. On est surpris et on est bien fiers de montrer notre installation », a souligné Christian Côté, chef centrales milieu de complexe, soit les centrales Outardes-3, Outardes-4 et Manic-3. Il n’a d’ailleurs pas manqué de noter que l’idée d’une visite du public émane des employés.

Au 11e rang au Québec

Avec une puissance installée de 1026 mégawatts (MW), la centrale Outardes-3 occupe le 11e rang des 66 installations de production d’Hydro-Québec. L’électricité qu’elle produit permet d’alimenter 205 000 maisons, ce qui correspond à deux fois la Côte-Nord ou encore à la ville de Sherbrooke et les environs, illustre M. Côté.

La centrale souterraine située au cœur du complexe Outardes a été construite de 1966 à 1969. Sa galerie d’accès d’une hauteur impressionnante de 436 mètres est un élément qui la distingue. Son barrage principal est aussi le 3e plus haut sur la Côte-Nord avec 79 mètres.

À l’origine, la puissance d’Outardes-3 était de 756 MW, mais des travaux de modernisation réalisés de 2002 à 2006, au coût de plus de 200 M$, ont permis de l’augmenter de 250 MW.

Avec ces travaux de modernisation et les inspections périodiques qui permettent de planifier les investissements requis, le chef de la centrale considère « qu’elle devrait être bonne pour les 50 prochaines années facilement ».

Une belle période

S’il est une période qui fait partie des plus beaux souvenirs de Jean Lavoie, un retraité d’Outardes-3 qui a participé à la visite médiatique, c’est bien celle de la modernisation.

« Les années de réfection, ç’a été les plus belles années. Il y avait assez d’activités ici et on voyait tout ce qui se passait et toute l’amélioration », raconte l’ancien mécanicien d’appareillage qui y a travaillé de 1990 à 2013 et dont les trois enfants sont à l’emploi d’Hydro-Québec.

Si Outardes-3 a toujours été interdite aux visiteurs jusqu’à présent, c’est pour une raison de sécurité. Contrairement à Manic-2, Manic-5 ou encore La Romaine 1, des installations ouvertes au public en saison estivale, ses différentes composantes sont plus éloignées les unes des autres, ce qui rend les choses plus difficiles en matière de visite.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de