Hommes Sept-Îles inaugure sa shed à bois

Photo de Éric Martin
Par Éric Martin
Hommes Sept-Îles inaugure sa shed à bois
L’équipe d’Hommes Sept-Îles est visiblement heureuse de s’être procuré une remorque mobile qui sera mise à la disposition des hommes. Une nouvelle porte d’entrée vers les services de l’organisme.

Lors de la Semaine québécoise pour la santé et le bien-être des hommes, qui a lieu du 11 au 19 novembre, l’organisme Hommes Sept-Îles en profite pour dévoiler la réalisation d’un nouveau projet collectif, soit la shed à bois. Ceci consiste en un atelier de menuiserie sur roues qui sera mis à la disposition des hommes pour fraterniser entre eux. Par la suite, il sera appelé à se déplacer à différents endroits. 

La réalisation d’un tel projet découle du constat que les hommes sont réticents à se familiariser avec les ressources et les services de manière formelle. Plusieurs études viennent confirmer l’efficacité de les rejoindre par des activités plutôt informelles. C’est dans cette optique qu’Hommes Sept-Îles a fait l’acquisition d’une remorque fermée qui servira à entreposer des outils.

Lors de cette semaine québécoise, les hommes seront invités à se pointer chez Hommes Sept-Îles au 893, avenue Brochu, pour commencer les travaux d’aménagement intérieur de cette shed à bois.

« On veut créer un endroit dans lequel ils vont briser l’isolement. On le fait pour en arriver à rejoindre les hommes qui sont encore plus réticents que les femmes à demander de l’aide. Souvent, quand ils viennent nous voir, ils ont accumulé beaucoup de problématiques », indique le directeur général de l’organisme, Edmond Michaud.

De là l’importance d’être créatif et de mettre en place de nouveaux moyens pour rejoindre davantage les hommes. « Les agresseurs sont encore, pour la plupart, des hommes. Le portrait est le même dans les centres de détention », souligne M. Michaud. « C’est un portrait peu reluisant. Il y a du travail à faire. Il ne faut pas attendre que les hommes viennent vers nous. On doit aller où ils sont. »

Encore aujourd’hui, la santé et le bien-être des hommes demeurent une thématique peu abordée dans la société. « Ce n’est pas encore une réelle préoccupation. Ça tend à changer. Tout se fait à petite dose. Les services demeurent encore méconnus », avance M. Michaud. « Il n’y a qu’onze endroits au Québec pour l’hébergement des pères et de leurs enfants. C’est trop peu. »

Le thème choisi pour cette 6e Semaine pour la santé et le bien-être des hommes est Près de 25 % des hommes vivent de la détresse psychologique, aidons-les à surmonter cette montagne. Elle vient mettre  l’accent sur cet enjeu de société, tout en proposant des pistes de solutions.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de