Hausse plus timide que prévu des investissements miniers

Photo de Nicolas Dupont
Par Nicolas Dupont
Hausse plus timide que prévu des investissements miniers
Selon l'Institut de la statistique du Québec, les investissements miniers ont atteint 3,26 milliards en 2018. Il s'agit d'une hausse de 7% par rapport à l'année précédente.

Selon l’Institut de la statistique du Québec, les investissements miniers ont atteint 3,26 milliards en 2018. Il s’agit d’une hausse de 7% par rapport à l’année précédente.

Pour l’Association minière du Québec (AMQ), cette hausse démontre que les sociétés minières demeurent très actives au Québec. Elle rappelle aussi l’importance de soutenir le développement minier pour que ces investissements continuent de progresser.

C’est la région du Nord-du-Québec qui a récolté la plus importante part des investissements, soit 1,31 G$. Elle est suivie de près par l’Abitibi-Témiscamingue pour 1,19 G$.

Ceci s’explique principalement par les investissements effectués pour l’extension de la mine Canadian Malartic et le développement des projets Lac Windfall de Minière Osisko et Whabouchi de Nemaska Lithium.

La Côte-Nord occupe le troisième rang avec 600 millions de dollars en investissements. Les investissements effectués par Minerai de fer Québec dans la relance de la mine du Lac Bloom sont grandement responsables de cette performance.

Au total, les trois régions se partagent 95,2 % des investissements totaux au Québec en 2018

L’exploration en baisse

L’AMQ s’inquiète de la baisse survenue dans les dépenses d’exploration et de la prévision de l’ISQ que celle-ci se poursuivra en 2019.

Cette baisse est de 1,6 % entre 2017 et 2018. Cependant, L’ISQ prévoit que cette tendance ira en s’accélérant en 2019 pour atteindre 9,3 %.

L’AMQ s’inquiète du faible nombre de projets en construction. Selon elle, il s’agit d’un des indicateurs d’un futur ralentissement.

« Lorsque l’exploration diminue, ce sont les chances de faire de nouvelles découvertes qui se voient amenuisées. Bien que non dramatique à ce stade, il sera essentiel de garder l’œil ouvert sur la tendance baissière afin de soutenir davantage les activités d’exploration au besoin. Il en va de la pérennité de l’industrie minière au Québec », a affirmé le présidente-directrice générale de l’AMQ, Josée Méthot.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de