Guy Bouchard se lance dans la course à la préfecture

Photo de Frédérick Jolicoeur Tétreault
Par Frédérick Jolicoeur Tétreault
Guy Bouchard se lance dans la course à la préfecture
BV : Guy Bouchard se retire de la course à la préfecture de la MRC Minganie.

L’homme d’affaires Guy Bouchard confirme son intention de se présenter comme candidat à la préfecture de la MRC de la Minganie, lors des prochaines élections municipales. C’est donc dire que le préfet sortant, Luc Noël, ne pourra être élu par acclamation comme en 2013.

Tout indique qu’il y aura une course à la préfecture de la MRC de la Minganie pour les élections municipales du 5 novembre.

À moins qu’un autre candidat ne se manifeste, les citoyens de la Minganie auront à choisir entre les candidats Luc Noël et Guy Bouchard lorsqu’ils se présenteront aux urnes.

Pour Guy Bouchard, il était important de pouvoir offrir un adversaire au préfet sortant. De cette manière, il dit s’assurer que les principes fondamentaux d’une démocratie soient appliqués. «Les deux derniers préfets ont été élus par acclamation. À mes yeux, c’est l’antithèse de toute démocratie qu’un élu n’ait pas à proposer ou à défendre un programme», a affirmé M. Bouchard.

Le nouveau candidat soutient que son saut sur la scène politique est une action purement démocratique et non motivée par des ambitions politiques. «À la base, mon geste est un geste de démocratie. Je ne ressens pas nécessairement le goût de faire de la politique, mais je trouve ça absolument inacceptable qu’une collectivité s’en aille dans une direction sans avoir eu de choix. Au mois de novembre, les gens vont avoir le choix», a-t-il dit.

Créer de la richesse

Guy Bouchard est clair : la question économique sera au centre de son discours politique. «La Minganie vit présentement un repli économique. Il y a quatre ans, on était presque au plein emploi. Aujourd’hui, on a un taux de chômage de 25% à 30%. Les gens quittent la région, les propriétés perdent de la valeur. On est vraiment en effondrement économique», a-t-il fait valoir.

S’il est élu, l’homme de 51 ans souhaite changer les priorités économiques de la région qui, selon lui, sont mal orientées. «Depuis quatre ans, les priorités étaient de construire une piscine et une caserne. Bref, on a dépensé les redevances de la Romaine un peu partout, en pensant qu’on était riche. On a mis la charrue en avant des bœufs et on a partagé une richesse qu’on n’avait pas. Mon projet, ça va être de réaligner les priorités afin de créer de la richesse avant de la partager.»

Partager cet article