Gabrielle Fontaine fait sa marque dans le sport

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
Gabrielle Fontaine fait sa marque dans le sport
La jeune Gabrielle Fontaine excelle au baseball, son sport préféré. (Photo : courtoisie )

Du sport, la jeune Gabrielle Fontaine de Uashat en mange. Il ne faut pas chercher bien loin pour trouver ses influences.

Les parents sont souvent source d’inspiration. C’est certainement ce qui a guidé Gabrielle.

C’est en allant voir ses parents, William et Sylvia, jouer à la balle-molle qu’elle a pris goût aux sports. «Elle nous a vus jouer et on a joué beaucoup avec elle. Elle avait de bons réflexes», lance son père.

Et ça ne date pas d’hier que William et Sylvia savaient que Gabrielle serait une fille déterminée. «La première fois qu’elle a marché, elle a fait 20 pieds. Ça disait déjà beaucoup de choses, qu’elle était fonceuse», souligne le paternel.

La jeune fille de 12 ans a commencé le baseball à l’âge de 5 ans, un sport qu’elle pratique toujours et qui figure au sommet de sa liste. Elle évolue au niveau pee-wee au sein de l’Association du baseball mineur de Sept-Îles.

Il n’y a pas que le baseball qui l’attire. Elle s’adonne aussi au volleyball, au badminton et à l’athlétisme, un sport qu’elle pratique à peine, qu’elle a surtout appris en regardant les autres évoluer. Elle se démarque notamment dans les épreuves de lancers et de sauts.

JAIB

Gabrielle a d’ailleurs excellé à plusieurs niveaux lors des récents Jeux autochtones interbandes (JAIB) tenus à Uashat mak Mani-utenam et Sept-Îles du 5 au 14 juillet. Elle a récolté sept médailles, raflant l’or en cinq occasions (lancer du javelot et saut en longueur, badminton – simple et double féminin et balle rapide), en plus de l’argent au basketball féminin et au relais 4×100 m en athlétisme. Ses performances lui ont permis d’être sacrée athlète par excellence dans le cadet féminin.

Au travers des compétitions sportives au JAIB, elle a pu se lier d’amitié avec des jeunes des autres délégations. «Ce que j’ai aimé, c’est me faire de nouveaux amis. Les activités le soir me permettaient de les voir plus longtemps», souligne-t-elle.

La suite des choses

Gabrielle fera son entrée au secondaire dans les prochaines semaines, une rentrée qui se fera à l’Institut d’enseignement de Sept-Îles. Elle a choisi l’option volleyball, mais ne compte pas pour autant délaisser le badminton, puisqu’elle tentera sa chance pour les Jeux autochtones de l’Amérique du Nord, compétition prévue en juillet 2020 à Halifax. Professionnellement, Gabrielle aspire à devenir infirmière.

Modèle

Si elle a ses parents comme modèle, Gabrielle voit aussi en Audrey-Ann Vachon une source d’inspiration. «Elle s’est rendue loin». Audrey-Ann fait partie des équipes du Québec et est membres du programme sport-études baseball de l’école Marie-Rivier de Drummondville.

La jeune Fontaine pourrait déjà commencer à suivre ses traces. Elle devrait recevoir une invitation pour le camp U14.

Valeurs et influences

La façon d’agir d’un enfant découle souvent des valeurs inculquées par les parents. Gabrielle n’y échappe pas. William et Sylvia prônent plusieurs valeurs. La langue innue en est une importante.

«On l’oublie, mais c’est une valeur importante à conserver. C’est une bataille de tous les jours, il faut la défendre et faire pratiquer nos enfants. Notre méthode, c’est de dire les mots et qu’ils les répètent», indique le père.

Gabrielle a démontré qu’elle a une bonne aisance à la parler, prononçant le serment de l’athlète lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux autochtones interbandes.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de