Festival Innu Nikamu: Mélange de tradition et de modernité

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques

C’est du 2 au 5 août qu’aura lieu la 28e édition du Festival Innu Nikamu à Mani-Utenam. Cet événement se veut le plus grand festival de musique autochtone en Amérique du Nord et sa programmation le démontre bien puisque des spectacles y sont présentés en continu sur la scène principale. Un simple regard à cette dernière vous permettra de constater qu’il y a là un heureux mélange de tradition et de modernité.

D’entrée de jeu, Innu Nikamu signifie homme chante. C’est pour ce faire qu’une majeure partie de la programmation est consacrée à la musique et à tous les arts qui s’y rattachent. «Notre festival se démarque parce qu’on est axé sur la musique contemporaine. La musique se veut l’élément central. C’est un festival sans alcool. C’est un lieu familial et ça se compare très bien au Vieux-Quai en Fête», indique le coordonnateur du festival, Kim Fontaine.

Pour les techniciens, le Festival Innu Nikamu représente un beau défi puisque des spectacles sont présentés en continu sur la scène principale de l’événement, qui prend environ deux jours à monter. «Le fait que des spectacles y soient présentés en continu exige une équipe technique qui accepte de composer avec certaines contraintes puisque l’installation se fait rapidement et qu’il y a ainsi peu de temps pour les fameux tests de son», souligne le coordonnateur. Le site du festival est également très imposant puisqu’il permet d’y accueillir jusqu’à 10 000 personnes.

Le concours Innu Star figure parmi les activités les plus appréciées du festival. Ce dernier s’adresse aux jeunes de 9 à 17 ans. Diverses disciplines y sont à l’honneur, dont le lypsinc, le chant et la danse. Le dévoilement du gagnant se fait toujours la dernière journée de l’événement, soit le 5 août en après-midi. Étant donné la popularité du concours, un bloc a été ajouté à 17h, le 3 août, et permettra ainsi à plus de jeunes d’y participer. De plus, le gagnant de l’édition précédente se produira sur scène le 2 août à 19h. Il s’agit d’un jeune danseur de sept ans natif de Pessamit, Kylann Pietacho.

Parmi les têtes d’affiche du festival, on retrouve le chanteur country Irvin Blais, qui participera à l’événement pour la première fois en se produisant sur la scène principale de l’événement le 3 août à 20h30. Pour l’occasion, il sera accompagné de trois musiciens autochtones. Cette 28e édition est aussi marquée par le retour de René Weisineau dont la dernière participation au festival remonte en 1988. Ce chanteur autochtone a reçu au cours de sa carrière de nombreuses distinctions dont le Prix hommage lors du premier gala Teueikan consacré à la musique autochtone. Vous pourrez le voir le 4 août à 20h.

Il est important de ne pas oublier le retour de la journée familiale, le 4 août de 10h à 15h30. Les enfants sont alors invités à se présenter nombreux sur le site. Ils auront alors accès à des jeux gonflables sur place et un dîner leur sera également offert gratuitement. Il y aura aussi beaucoup d’animation.

L’activité la plus populaire demeure toutefois le feu d’artifice IOC, le 4 août à 21h30. «C’est l’événement le plus attendu du Festival. Le feu d’artifice de cette année se voudra pyromusical et sera donc en synchronisme avec la musique, ce qui se veut une première.

De plus, il y aura le retour du goûter traditionnel, le 5 août à midi. Une initiative qui a débuté l’an dernier et qui a été grandement appréciée», précise Kim Fontaine. Il est à noter qu’il n’y a aucun frais pour le goûter lui-même, car vous n’avez qu’à débourser le frais d’accès au site qui sera alors de 5$.

Kylann Pietacho a remporté le concours Innu Star lors de la 27e édition de l’événement. Il se produira ainsi sur la scène principale de l’événement le 2 août à 19h. (Photo : Courtoisie)

Partager cet article