Festival de la Famille : un record d’achalandage fracassé

Photo de Mathieu Morasse
Par Mathieu Morasse
Festival de la Famille : un record d’achalandage fracassé
Le président du Festival depuis les 15 dernières années tire sa révérence.

Aidé par une météo exceptionnelle, le Festival de la Famille a accueilli un nombre record de 8 372 entrées sur l’ensemble de la fin de semaine, fracassant ainsi son précédent record de 7 000. Le Festival a donc gagné son pari de modifier sa tarification pour attirer des artistes renommés.

L’édition 2018 du Festival de la Famille de Havre-Saint-Pierre s’annonçait comme une année de transition. En effet, les organisateurs avaient choisi d’augmenter les prix et d’inviter des artistes connus.

Dame Nature a fourni quatre journées de soleil et de chaleur et les festivaliers ont répondu à l’appel. Le Festival a pulvérisé son record de visiteurs du jeudi avec 1 400 entrées (le précédent record était de 1 100), en route vers une 20e édition record.

Ce sont 2 600 fêtards qui sont venus le vendredi soir pour observer les feux d’artifice et écouter Bodh’aktan, et encore plus se sont déplacés le samedi soir pour Guylaine Tanguay et Jonathan Painchaud. Le chapiteau était plein à craquer pour chacun des trois spectacles.

Les données détaillées exactes n’étaient pas encore disponibles au moment de mettre sous presse.

Rock Boudreau, président du Festival de la Famille, est évidemment fort satisfait.

«Si j’avais un mot à dire cette année, c’est succès et qualité. Qualité des spectacles, qualité des bénévoles, qualité de la température, qualité de tout. Tout a super bien marché.»

Artistes comblés

Le président du festival dit que les artistes n’ont eu que d’excellents commentaires concernant le festival et son organisation. Ils auraient aussi «capoté» sur la foule.

«Bodh’aktan, de voir la réponse du monde, le monde chantait toutes leurs chansons. Même samedi soir, Guylaine Tanguay, c’était impressionnant d’entendre le monde chanter. Elle arrêtait de chanter et elle écoutait. Elle disait que les frissons lui passaient. Elle a été chavirée de venir ici», rapporte-t-il.

Ce sont 2 600 fêtards qui sont venus le vendredi soir pour observer les feux d’artifice et écouter Bodh’aktan. (Photo : Le Nord-Côtier) 

Innovation salutaire

Rock Boudreau explique que le festival était en perte de vitesse. L’achalandage des dernières années était en baisse et les éditions 2016 et 2017 avaient été déficitaires.

«Ça devenait inquiétant. C’est de là qu’on a pris la décision de mettre de plus gros noms», explique-t-il.

Il annonce déjà que la 20e édition a enregistré un profit.

Selon lui, les gens ont très bien accepté l’augmentation des prix. Plusieurs lui auraient même dit que ce n’était pas encore assez cher.

Le comité envisage de nouvelles méthodes de vente et de réservation pour les bracelets de fin de semaine. Un point de vente pourrait par exemple être installé à Sept-Îles.

Les bracelets pour la fin de semaine n’étaient en vente que dans des commerces de Havre-Saint-Pierre et la vente se terminait la veille du début du festival. Le Festival a réservé des bracelets à tous ceux qui lui en ont fait la demande, mais cette méthode n’était pas publicisée.

«Il y a une demande des gens de l’extérieur», confirme Rock Boudreau.

Investissements de 11 000 $

L’organisation du Festival a effectué pour plus de 11 000 $ d’investissement sur le site cette année. Ces ajouts bénéficieront aux prochaines éditions du Festival et aux autres utilisateurs de l’endroit.

Rock Boudreau décrit qu’une entrée électrique a été ajoutée du côté nord au coût de 6 000 $. Les kiosques de nourriture et les jeux gonflables n’ont désormais plus à fonctionner au propane.

Deux grandes tables de plastique ont été achetées et une galerie a été ajoutée au bâtiment administratif. Des toilettes ont été installées à côté du bâtiment administratif, grâce à un don de Rio Tinto.

«On s’améliore d’année en année, on s’améliore tout le temps», affirme le président du festival.

Départ au sommet

Rock Boudreau tirera maintenant sa révérence comme président du Festival de la Famille. Membre fondateur du festival et président depuis 15 ans, il souhaite laisser la chance à d’autres membres du comité organisateur de vivre cette expérience.

Il entend toutefois rester impliqué en créant un nouveau poste de responsable des commanditaires.

«Je veux aller chercher plus de commanditaires pour nous aider financièrement et être sûrs de ne pas se planter. Peut-être de nous aider aussi à aller chercher de plus gros noms encore!», rêve-t-il.

Partager cet article