Établir des conditions gagnantes pour contrer l’anxiété chez les jeunes

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
Établir des conditions gagnantes pour contrer l’anxiété chez les jeunes

Originaire de Port-Cartier, l’auteure Manon Jean présentera une conférence autour de l’anxiété chez les jeunes, le 10 janvier à 10h à l’auditorium du Cégep de Sept-Îles. Une intervention qui vise à fournir des trucs aux parents pour les aider à réduire l’anxiété chez leurs enfants, en adoptant des comportements plus adéquats.

Elle-même mère de famille, la conférencière a été confrontée à une problématique d’anxiété chez son fils dès son entrée à la maternelle. De fil en aiguille, elle s’est renseignée à ce sujet et s’est mise à effectuer certaines interventions dans les écoles pour mieux outiller le personnel. Un constat qui l’a amené à fonder le programme l’arbre en cœur en 2009.

Grâce à une aide financière plus importante consentie par la compagnie General Electric en 2014, l’auteure peut maintenant faire une tournée plus complète des diverses régions du Québec, y compris la Côte-Nord pour faire la promotion de ce programme. «Ils ont compris l’importance de ce programme. C’est ce qui me permet de vous rendre visite et de semer des graines un peu partout», précise-t-elle.

Très active dans le milieu scolaire, Manon Jean croit fermement que les enseignants se doivent d’être mieux outillés pour ne pas alimenter davantage l’anxiété chez certains jeunes. Un modèle qu’ils peuvent aussi reproduire dans leur propre vie et qui se veut facile d’application. «Dans mon approche, je m’intéresse à la météo intérieure chez les jeunes. Des trucs axés sur la respiration. C’est fait de manière ludique, indique-t-elle. On y voit clairement l’impact du stress sur le corps humain.»

Le stress, un moteur positif
Selon la Portcartoise, les gens entretiennent une vision plutôt négative du stress alors qu’il est très souvent un moteur positif pour se mettre en action. «On doit changer notre perception. Il faut reconnaître que la vie n’est pas un combat constant. Il faut trouver des moyens pour se détendre. En état de stress, l’apprentissage se fait beaucoup plus difficilement», soutient-elle.

«En neurologie, on constate une augmentation de l’attention chez les jeunes lorsqu’on travaille à réduire leur anxiété. À long terme, il est évident que cela a un impact positif sur leur vie. À la base, il faut développer le savoir-être à l’école. Ça ne se fait plus vraiment chez les familles, enchaîne-t-elle. Les parents ont tout de même un rôle important à jouer.»

Les parents désirant assister à cette conférence gratuite sont invités à se procurer des billets au secrétariat de l’école Marie-Immaculée et du Boisé. Jusqu’à maintenant, l’auteure a publié deux livres sur la gestion émotionnelle chez les enfants. Un troisième sera lancé en mars 2015 autour de la confiance corporelle, alors qu’elle reviendra dans la région pour effectuer une tournée des écoles dans la communauté autochtone.

(Photo : courtoisie)

Partager cet article