Environnement : la baie de Sept-Îles est en bon état

Photo de Mathieu Morasse
Par Mathieu Morasse
Environnement : la baie de Sept-Îles est en bon état
La baie de Sept-Îles vue de la Pointe-Noire. (Photo : Port de Sept-Îles)

Le milieu naturel de la baie de Sept-Îles est jugé de « bonne qualité dans son ensemble ». Telle est la conclusion du rapport global de l’Observatoire de veille environnementale de la baie de Sept-Îles dévoilé lundi au terme de cinq ans de travaux de recherche .

Les travaux de l’Observatoire ont été confiés en 2013 à l’Institut nordique de recherche en environnement et en santé au travail (INREST), une unité de recherche du Cégep de Sept-Îles alors nouvellement créée.

L’INREST conclut que la qualité de l’eau pour l’ensemble de la baie de Sept-Îles est d’une « qualité satisfaisante [pour permettre] la plupart des usages ».

Les sédiments sont de qualité variable. Certains secteurs ne présentent aucune problématique, mais plusieurs échantillons situés près des sites industriels sont contaminés.

Les divers constats de l’étude concernant la faune et la flore marine, combinés aux résultats de qualité de l’eau et des sédiments, « témoignent de la bonne qualité du milieu dans son ensemble », conclut le rapport de 791 pages.

« Une équipe multidisciplinaire de plus de 40 experts, appuyée par des techniciens et des biologistes, a été constituée afin de réaliser un portrait actualisé de la qualité du milieu et des écosystèmes de la baie de Sept-Îles », souligne Dre Julie Carrière, directrice du projet.

Continuer les recherches

L’Observatoire émet plusieurs recommandations dans le rapport, dont celle de continuer à mesurer la qualité de l’eau.

Il recommande de réaliser une étude complémentaire pour identifier les sources de contamination des sédiments à l’arsenic, au cadmium et au mercure.

Il suggère aussi une étude supplémentaire sur la faune et la flore des herbiers de la baie de Sept-Îles.

Le rapport recommande de faire des recherches plus poussées sur les courants marins, l’état des glaces et les mammifères marins. Ces trois éléments n’ont été étudiés que sommairement dans le cadre des présents travaux.

« Les connaissances acquises nous permettront maintenant d’envisager les approches adéquates pour en assurer la préservation à long terme. Elles permettront par exemple de mieux évaluer la capacité du milieu à accueillir des projets acceptables et sécuritaires, tant pour la population que pour l’environnement », ont déclaré Réjean Porlier, maire de Sept-Îles, et Pierre D. Gagnon, PDG du Port de Sept-Îles.

Partager cet article