Entente de principe pour les futurs employés de l’usine de bouletage

Photo de Mathieu Morasse
Par Mathieu Morasse
Entente de principe pour les futurs employés de l’usine de bouletage
Les installations de la Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire.

Le projet de redémarrage de l’usine de bouletage de Pointe-Noire avance. Bedrock Industries et le syndicat des Métallos ont annoncé lundi la conclusion d’une entente de principe pour le renouvellement de la convention collective.

L’usine de bouletage avait été fermée par Cliffs Natural Resources en juin 2013. Elle a été acquise par la Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire (SFPPN) suite à la faillite de Cliffs survenue en 2014.

Elle devrait être bientôt reprise officiellement par Bedrock Industries suite à une entente commerciale dévoilée en février.

L’entente de principe devra être ratifiée par les futurs travailleurs de l’usine. Près de 170 personnes pourraient y être embauchées.

«Les négociations se sont bien déroulées, avec des vis-à-vis qui ont fait preuve de beaucoup de sérieux dans la démarche», a souligné le coordonnateur des Métallos pour la Côte-Nord, Nicolas Lapierre.

«On trouve dans cette future convention des conditions de travail très compétitives, en droite ligne avec ce qui se fait dans le secteur. Elle permettra également une certaine flexibilité dans l’organisation du travail de façon à faciliter le redémarrage de la production», ajoute le président de la section locale 6254 des Métallos, Robert Roy.

Bedrock Industries a racheté le producteur d’acier ontarien Stelco en 2014. La boulette de fer produite à Sept-Îles serait expédiée vers les Grands Lacs pour y alimenter ses aciéries.

Si tout se déroule comme prévu, les travaux de réfection de l’usine de bouletage seront entrepris à l’été et le redémarrage aura lieu vers la fin de l’automne.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de