Le CISSS dresse un bilan positif de l’an 1

Le CISSS dresse un bilan positif de l’an 1

Crédit photo : Le Manic

Un an après la création du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, le président-directeur général, Marc Fortin, et la présidente-directrice générale adjointe, Johanne Savard, font le point. Ils se sont adressés à la presse, mercredi matin.

Par Charlotte Paquet 

M. Fortin semble confiant pour l’avenir. Même s’il reconnait que le passage de sept établissements régionaux à un seul établissement n’a pas été facile, il se dit fier d’avoir maintenu tous les services à la population.

En ce qui concerne l’équité entre les deux pôles de la Côte-Nord au chapitre du nombre de cadres supérieurs, M. Fortin explique qu’ il y a parité avec 10 dans chaque pôle. « On s’était dit Johanne et moi que ç’a allait faire jaser et ç’a fait jaser », a souligné le PDG, en parlant de guerres de clocher et d’interventions politiques de toutes natures.

Parmi les 60 cadres qui ont perdu leur emploi avec l’avènement du CISSS, il en reste 30 à replacer. M. Fortin a bon espoir que le roulement normal de personnel permettra à ceux qui restent de réintégrer.

Les défis

Au chapitre des défis pour 2016-2017, rappelons que M. Fortin et son équipe doivent éponger un déficit budgétaire. D’ici au 31 mars 2017, le manque à gagner anticipé est de 9 M$, ce qui inclus un montant de 3 M$ lié à l’absence d’une pleine indexation des postes budgétaires dans le financement reçu du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Le PDG rappelle toutefois les 3 M$ d’économies dans le recours à la main-d’œuvre indépendante, les 500 000 $ de moins de dépenses au chapitre des directions générales et la réduction de 400 000 $ des frais de transport.

La mise en place du projet Optilab sur la Côte-Nord, qui changera le visage des laboratoires médicaux partout au Québec, et l’amélioration des services aux personnes âgées sont deux autres grands dossiers sur la table de travail du CISSS.