Drame au lac Cacaoui : la Cour déclare les frères Simard officiellement décédés

Drame au lac Cacaoui : la Cour déclare les frères Simard officiellement décédés

Bruno et Lucas Simard.

Crédit photo : courtoisie

La Cour supérieure vient de déclarer les frères Bruno et Lucas Simard officiellement décédés même si leurs corps n’ont pas été retrouvés. Les deux hommes ont sombré dans le lac Cacaoui le 8 septembre dernier après que leur chaloupe ait chaviré.

Le témoignage des trois survivantes du naufrage a convaincu le juge Paul Corriveau que les deux hommes sont bel et bien décédés le 8 septembre en début d’après-midi.

La famille pourra maintenant compléter la succession et les formalités administratives liées aux décès. Sans le jugement déclaratif de décès, les disparus auraient été présumés vivants pendant sept ans.

«Je suis comme entre deux émotions. Un soulagement, mais en même temps une tristesse. Ce n’est facile à vivre. Maintenant, c’est le temps de vivre mon deuil», confie Sonia Poirier, veuve de Bruno Simard et survivante du naufrage.

Trop profond

Selon le rapport des policiers de la Sûreté du Québec (SQ) déposé à la Cour, les corps ne seront possiblement jamais retrouvés. Le naufrage est survenu dans un secteur où il y a un plateau de 150 pieds de profondeur entouré de fosses de 200 pieds. Un endroit affiche même 540 pieds de profondeur.

«C’est la première fois que l’équipe de plongeurs travaillait dans un lac aussi profond. […] Les conditions retrouvées dans le lac Cacaoui dépassaient les limites de travail des plongeurs et de l’équipement», explique le rapport.

«Comme l’eau est très froide dans le lac et qu’il est très profond, possiblement que les corps ne remonteront jamais en surface, car il ne se fait aucune réaction dans l’estomac et le corps ne gonfle pas», conclut la SQ.

Sonia Poirier trouve difficile de ne pas avoir les corps.

«Il n’y a pas eu de funérailles, seulement une messe commémorative qu’on a faite pour eux. Je ne suis pas rendu à l’étape de l’acceptation. Je ne l’ai pas réalisé encore», soupire-t-elle.

Cérémonie commémorative

L’été prochain, Sonia Poirier installera deux croix sur l’île du lac Cacaoui où elle, sa fille Félicia et son amie Claudia ont été secourues le lendemain du drame. Elle y tiendra une cérémonie avec famille et amis.

«Je suis lié au lac [Cacaoui] à vie», affirme-t-elle.

Entre temps, elle devra affronter Noël, une période associée à la famille.

«Présentement, c’est ce que je vis, une journée à la fois», se résigne-t-elle.