Dragons Sept-Rivières : stimuler l’entrepreneuriat chez les étudiants du secondaire

Photo de Jean-Christophe Beaulieu
Par Jean-Christophe Beaulieu
Dragons Sept-Rivières : stimuler l’entrepreneuriat chez les étudiants du secondaire
Le «Dragon coach» Daniel Arsenault trouve intéressant que les jeunes du secondaire touchent à l’entrepreneuriat et qu’il y soient initiés. (Photo : Les Dragons Sept-Rivières)

Le volet scolaire du concours entrepreneurial des Dragons Sept-Rivières revient pour une deuxième année. L’IESI y est particulièrement active. Depuis un mois et demi, les jeunes de secondaire 5 travaillent sur six projets différents avec leur enseignant Robert Gatien.

Depuis le mois de janvier, l’enseignant Robert Gatien accompagne les élèves de l’Institut d’enseignement de Sept-Îles (IESI) qui ont décidé de se lancer dans la compétition des Dragons Sept-Rivières. Seulement à l’école privée, six projets entrepreneuriaux sont développés. C’est encore plus que l’an dernier et une finale devra avoir lieu avant celle des Dragons pour déterminer quel projet étudiant s’y rendra.

Les jeunes ont plusieurs idées. Ils travaillent sur des projets de mini-mécanique, de recyclage de bâtons de hockey pour en faire des ustensiles de BBQ, d’artisanat autochtone, etc.

Robert Gatien voit très bien les effets de leur participation au concours.

«Il y a certains élèves qui ne pensaient pas que c’était leur place l’entrepreneuriat. En les poussant un peu ils ont vu que c’était bon, qu’il y avait possibilité de faire de l’argent. Il y en a qui pense maintenant se partir en affaires après leurs études. Je suis surpris, mais surtout extrêmement fier», affirme l’enseignant.

Une tradition qui doit durer

M. Gatien, très impliqué auprès des participants de l’IESI, espère que la formule reviendra aussi l’an prochain.

«J’espère que cette initiative des Dragons va continuer longtemps, et que davantage de personnes vont s’impliquer avec le temps. C’est bon pour la jeunesse».

Daniel Arsenault, l’un des «Dragon coach» du volet scolaire, abonde dans le même sens.

«Quand j’étais au secondaire, l’entrepreneuriat n’était pas quelque chose qui était mis de l’avant ou valorisé comme option de carrière. Je trouve ça cool qu’aujourd’hui les jeunes du secondaire touchent à ça et y soient initiés. On entend souvent les jeunes dirent ne pas savoir ce qu’ils veulent faire plus tard. Eh bien ça c’est une option de plus», lance-t-il.

Finale

La finale du volet scolaire aura lieu le 20 mars, dès 10h30, au Centre des congrès. Outre l’IESI, le Centre Éducatif l’Abri de Port-Cartier et l’école Queen Elizabeth sont de la compétition.

En plus de deux bourses, les élèves inscrits au concours courent la chance d’être sélectionnés pour participer à un séjour d’une semaine à l’École d’Entrepreneurship de Beauce, prix d’une valeur de 3000$.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de