Déversement de mazout: L’opération nettoyage coûtera plus de 18 millions $

Photo de Fanny Lévesque
Par Fanny Lévesque
Déversement de mazout: L’opération nettoyage coûtera plus de 18 millions $

Ce n’est pas moins de 18 millions $ que Cliffs Natural Resources devra allonger pour payer les dégâts du déversement de mazout lourd, survenu à ses installations le 1er septembre, et dont 5000 litres ont fui dans la baie de Sept-Îles. C’est la première fois depuis les incidents que le géant américain chiffre la facture, qui promettait d’être salée.

Dans la publication de ses résultats du troisième trimestre de 2013, la minière rapporte des dépenses nettes atteignant 44 millions $, dont «une perte de sinistre de 18 millions $, suite à une marée noire dans le port de Pointe-Noire.» Jointe par le Journal, la société précise que ce montant correspond aux coûts liés à l’opération nettoyage, pour les phases 1 et 2 uniquement. «Ça en fait une évaluation préliminaire, a fait savoir la porte-parole, Annie Desrosiers. À la fin du quatrième trimestre, en décembre, nous devrions avoir un montant assez global.»

Cliffs vient d’ailleurs tout juste de compléter la deuxième phase de ses travaux qui consistait à nettoyer de façon plus spécifique, les endroits souillés, comme les berges et le roc. Dans une visite média, organisée 40 jours après le déversement, la minière avait d’ailleurs fait état de l’avancement des travaux, qui allaient bon train, en compagnie du directeur-général des installations de Pointe-Noire, Steeve Charest.

Sans vouloir s’avancer sur le montant de la facture, le dirigeant avait laissé savoir qu’elle promettait d’être coûteuse. «Dites-vous que depuis huit semaines, on a eu des hommes, jusqu’à 300 parfois, qui ont travaillé jour et nuit, 25 bateaux en mer, un à deux hélicoptères dans les airs et plus de 25 équipements mobiles sur le terrain», avait-il lancé le 10 octobre.

Vers une troisième phase
D’autres coûts s’ajouteront aux 18 millions $ investis jusqu’à présent par Cliffs. La minière doit mettre en place au courant des prochaines semaines, son programme d’évaluation, de caractérisation et de suivi du milieu. Cette troisième et dernière phase doit s’échelonner sur plusieurs mois. «Nous avons déjà commencé à rencontrer des regroupements de citoyens et les instances locales», a ajouté Mme Desrosiers. Si tout va rondement, les travaux de suivi devraient débuter avant l’hiver.

Entre temps, Cliffs a mis la pédale douce avec la fin du ménage. Quelque 20 travailleurs s’affairent à démobiliser les équipements, mais la plupart des employés ont été remerciés. Il s’agissait en majorité de travailleurs qui avaient été rappelés après la mise en veilleuse de l’usine de bouletage cet été.
Cliffs Natural Resources mène toujours une enquête interne pour éclaircir les causes de la surverse d’un réservoir qui a causé le déversement de mazout dans les bassins de rétention, puis dans la baie de Sept-Îles.

(Photo: archives – Le Nord-Côtier)

Partager cet article