Des taux d’occupation hors normes dans les hébergements

Photo de Laurence Dupin
Par Laurence Dupin
Des taux d’occupation hors normes dans les hébergements
Campings, hôtels... les hébergements tournent à plein régime.

Les campings de la Côte-Nord connaissent une saison hors normes. De la Basse-Côte-Nord à Sept-Îles, les touristes sont bien au rendez-vous.

Au camping Laurent Val, le site est rempli à pleine capacité. Il s’agit de la plus grosse demande depuis bien longtemps. « Nous devons parfois nous étaler un peu pour répondre aux demandes », précise Francine Perreault, la propriétaire. Seul bémol, il a fallu fermer le bloc des sanitaires en raison des consignes de la santé publique, « nous n’acceptons donc que les gens qui sont autonomes ».

De plus, une importante désinfection est faite entre chaque occupant le camping n’accepte donc les touristes que pour un minimum de trois nuits. Il est possible de rester une ou deux nuits mais trois seront facturées. « Nous avons des visiteurs du Québec, beaucoup de Montréal, des Laurentides, du centre du Québec et quelques personnes de la rive sud. Mais il y a aussi beaucoup de gens de la Côte-Nord qui ont fait le choix de rester ici. C’est très positif cela va nous permettre de rattraper notre début de saison. »

Pour la ferme maricole Purmer sur l’île de la Grande boule, il était annoncé dès le 27 juillet que l’hébergement était complet pour le reste de la saison sauf, bien sûr, en cas d’annulation et quelques places limitées en termes de nombre.

Pour l’hôtel Sept-Îles, la situation est aussi très bonne. Les chambres sont quasiment toutes occupées tous les soirs. Des touristes de la région de Montréal et de Québec qui restent d’une nuit à une semaine pour visiter la région.

Même constat dans la réserve faunique de Port-Cartier – Sept-Îles qui tourne à plein. Certains campings doivent pousser les murs comme on dit. C’est le cas en Minganie où le camping des Cayes a dû aménager des espaces en plus.

Face à ce taux d’occupation hors normes, de nombreux camping-cars, qui n’ont pas réservé, se voient contraints de passer la nuit sur certains stationnements comme celui de Walmart.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de