Des hommages bien sentis pour Helder Duarte

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Des hommages bien sentis pour Helder Duarte
Décédé d'un malaise cardiaque dans la nuit du 20 au 21 février, Helder Duarte a reçu plusieurs hommages de personnes qu'il a marquées.

Sur la Côte-Nord, particulièrement à Sept-Îles, ceux et celles qui ont bien connu Helder Duarte ne tarissaient pas d’éloges envers celui qui s’est éteint subitement jeudi, à l’âge de 56 ans. Tous se souviennent que l’homme de soccer était un grand défenseur de la région dans laquelle il aura passé 20 ans.

«C’est vraiment une grande perte pour la Côte-Nord», a lancé d’emblée Patricia Saindon, présidente de l’Association régionale de soccer de la Côte-Nord et dont le conjoint, Jean Renaud, a évolué avec Duarte au soccer. «On l’avait nommé ambassadeur de la Côte-Nord en 2011 et ce n’est pas pour rien, car il avait la région tatouée sur le cœur. Il en parlait toujours avec respect, passion et attachement», a-t-elle confié.

Mme Saindon n’a pas manqué de rappeler qu’Helder Duarte s’est présenté à maintes reprises à Baie-Comeau et Sept-Îles pour tenir des camps, notamment avec son équipe féminine du Rouge et Or de l’Université Laval, qu’il dirigeait depuis 1995 et avec laquelle il a remporté deux championnats nationaux.

Helder Duarte lors d’un camp tenu à Sept-Îles auprès d’adeptes de ballon rond de la région. (Photo : Le Nord-Côtier)

«Il n’avait pas besoin de faire ça, il était déjà très occupé avec ses fonctions à Québec, mais Helder tenait à venir ici pour partager son expertise avec les jeunes et aussi avec les entraîneurs», a souligné la présidente, qui avait parlé avec M. Duarte pas plus tard que le dimanche précédent son décès.

Entre autres souvenirs, Patricia Saindon se remémorait les efforts d’Helder Duarte, Marc Richard et du regretté Lucien Dallaire, qui avaient créé la défunte Coupe de l’Est, «pour permettre aux joueurs de la Côte-Nord de jouer des matchs de plus haut calibre contre des équipes de l’Est-du-Québec et du Saguenay-Lac-Saint-Jean».

Un grand respect

Pier Gilbert connaissait Helder Duarte depuis 40 ans. Ils s’étaient connus au Cégep de Sept-Îles. Le premier en était à ses débuts comme responsable des sports de l’établissement alors que le second amorçait ses études collégiales. Depuis ce temps, ils avaient conservé leur amitié.

«J’ai un grand respect pour lui», a déclaré M. Gilbert, encore sous le choc quand Le Manic lui a parlé jeudi après-midi. «Déjà à l’époque, on voyait qu’il avait du leadership. Le soccer nous a permis de créer des liens et lui a aussi permis de connaître une très belle carrière. J’ai perdu un grand ami.»

Signe que le hasard a parfois de curieuses façons de se manifester, Pier Gilbert a souligné que la journée même de sa mort, il y avait une activité de retrouvailles des anciens joueurs des équipes du Cégep de Sept-Îles, les Voyageurs, dont Duarte a fièrement porté les couleurs. Son trop court passage sur cette Terre y a sûrement été amplement évoqué.

Gardien par accident

Dans une longue entrevue accordée au quotidien Le Soleil en octobre 2017, Helder Duarte indiquait qu’il avait découvert le soccer à l’adolescence et qu’il était devenu gardien par accident, après avoir blessé le cerbère d’une équipe senior de Sept-Îles lors d’une collision durant l’échauffement.

Il est remarqué par l’entraîneur des Aigles Bleus de l’Université de Moncton après un but spectaculaire marqué de sa surface de réparation lors d’un tournoi à Sainte-Foy. Helder Duarte fera sa marque à Moncton durant sept ans, jouant même le rôle de la mascotte.

Avec le Rouge et Or féminin, Helder Duarte aura remporté près de 350 victoires et subi moins de 100 défaites. Il a été choisi deux fois entraîneur de l’année au Canada. À l’échelle québécoise, il a reçu le même honneur cinq fois. Ses filles du Rouge et Or ont été championnes québécoises à huit reprises.

Helder Duarte soulève le précieux trophée du Championnat canadien universitaire remporté à l’automne 2014. (Photo : Stéphane Gaudreau)
Partager cet article