Dans la rue pour le désenclavement de la Côte-Nord

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Dans la rue pour le désenclavement de la Côte-Nord
Le représentant syndical Bernard Gauthier se dit prêt à « passer à l’acte » pour assurer le désenclavement de la région.

Entre 100 et 150 personnes ont répondu à l’appel de la Coalition Union 138 et ont « enclavé » mardi matin le bureau régional du ministère des Transports (MTQ). Ils exigent, comme le fait la coalition depuis plusieurs mois, que Québec ordonne la reprise des travaux du bureau de projet de pont sur le Saguenay et donne un échéancier précis pour le prolongement de la 138 à l’est du territoire.

Porte-parole du regroupement, Guillaume Tremblay a rencontré le directeur régional du ministère pour lui demander de rejoindre dans les meilleurs délais le cabinet du ministre François Bonnardel afin que les élus de la région aient une rencontre avec lui rapidement.

« On leur donne 15 jours pour avoir une date de rencontre », a soutenu le représentant de la CSN en région. « Si jamais on n’a pas de réponse, ils vont nous voir. »

L’une des nombreuses élues sur place, la mairesse de Forestville Micheline Anctil trouvait « un peu aberrant de devoir être dans la rue ce matin pour exiger une rencontre pour avoir un suivi de promesses. Ça n’avance pas et il faut que ça avance. » Celle qui est aussi préfet de la MRC de La Haute-Côte-Nord rappelle que « la Côte-Nord a absolument besoin de cette route pour son développement économique ».

Pour Yves Montigny, le gouvernement doit voir la Côte-Nord d’un œil économique, surtout que le premier ministre François Legault a déjà laissé entendre que la région n’était pas assez populeuse pour avoir un pont.

« Ce que je comprends de ça, c’est plutôt qu’il n’y a pas assez d’électeurs », a lâché le maire de Baie-Comeau. « Il (M. Legault) a dit que son parti était le parti des régions et de l’économie. Il doit maintenant écouter la région. »

Passer à l’acte

« À un moment donné, on va passer à l’acte », a lancé pour sa part le représentant de la FTQ, Bernard Gauthier, aussi sur place à Baie-Comeau. « S’il faut sortir dans la rue aux deux semaines pour nous sortir de la misère, on va le faire », a enchaîné le syndicaliste, ajoutant que la région « est habituée de répéter et de répéter ».

Le préfet de la MRC de Minganie fait valoir quant à lui que la Côte-Nord se dépeuple rapidement et « si le gouvernement ne nous aide pas à nous désenclaver et couper le goulot d’étranglement (à Tadoussac), on va peut-être se retrouver en dessous de 80 000 personnes en 2030 ».

Luc Noël n’a pas manqué de rappeler que la Côte-Nord est « le grenier économique du Québec » et que si jamais elle se vide de sa main-d’œuvre, « les entreprises (qui exploitent les ressources naturelles ici) vont avoir de la misère à opérer et à enrichir l’ensemble du Québec.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de