« Courageuses de toutes façons… À notre façon!»

Photo de Laurence Dupin
Par Laurence Dupin
« Courageuses de toutes façons… À notre façon!»

Le CALACS de Sept-Îles (Centre d’aide et de lutte contre les agressions sexuelles) organise le vendredi 18 septembre, la 39e journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes. L’occasion de lancer une campagne de sensibilisation sous le thème  Courageuses de toutes façons… À notre façon!

La journée d’action est traditionnellement organisée le troisième vendredi de septembre en commémoration du mouvement intitulé La rue, la nuit, les femmes sans peur, connue en anglais sous le nom Take Back the Night, pour sensibiliser à la violence faite aux femmes. Cette marche est née à Philadelphie, en Pennsylvanie, en 1975, à la suite du meurtre d’une jeune femme par un étranger dans la rue, à quelques pas de chez elle. Lors de la création des CALACS il a été décidé de commémorer ce mouvement.

La pointe du jour*Calacs vous donne donc rendez-vous le vendredi 18 septembre à 17 heures au musée Shaputuan pour un départ de la marche à 17h30 jusqu’au 701 boulevard Laure pour ensuite retourner au musée. Le port du masque est requis.

Le but est notamment de souligner le courage des victimes surtout dans une région comme Sept-Îles où tout le monde se connaît. Dénoncer son agresseur veut souvent dire briser son milieu de vie aussi bien au niveau social que familial. Cette campagne 2020 vise à reconnaître et célébrer les survivantes et leurs parcours.

« Les voiles de dévoilement qui ont eu lieu récemment, particulièrement la troisième vague de cet été ont permis de mettre en lumière le fléau des violences sexuelles et de s’arrêter un moment pour se recentrer sur les survivantes. La libération de la parole des survivantes a été possible pour plusieurs, que ce soit sur la place publique ou privée », précisent les membres de La pointe du jour*Calacs.

« Malgré les mouvements de dénonciation qui se sont succédé, le mythe de la victime parfaite, construit par les systèmes discriminatoires en place, persiste dans l’esprit collectif. Ces préjugés concourent à invisibiliser les expériences de plusieurs des nos communautés marginalisées – Autochtones, racisées, handicapées, LGBTQIA2+, les survivants ou survivantes avec un statut migratoire précaire, d’inceste, etc.- ajoutant des obstacles dans la recherche de soutien ou de justice. » Justice qui est souvent trop lourde, trop longue pour les victimes.

Ils organisent d’habitude différentes activités notamment des cours de sensibilisation dans les écoles, mais tout est à l’arrêt en raison des différentes mesures de la Santé publique. C’est dans ce cadre que la marche est organisée à la place des activités habituelles.

La marche mondiale des femmes qui devait avoir lieu à Terrebonne en octobre est elle aussi annulée. La pointe du jour*Calacs de Sept-Îles organisera donc des activités à la place, peut-être aussi une marche.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de