Coupure de postes chez Rio Tinto à Havre-Saint-Pierre

Photo de Fanny Lévesque
Par Fanny Lévesque
Coupure de postes chez Rio Tinto à Havre-Saint-Pierre
Rio Tinto assure un minimum de trente semaines d’exploitation à ses travailleurs pour l’année 2018 à la mine Tio.

La Minganie essuie un nouveau coup dur. Rio Tinto Fer et Titane met en place «un nouveau plan opérationnel» pour parvenir à tirer son épingle du contexte mondial difficile. Cette décision se traduit par l’abolition de 32 postes à Havre-Saint-Pierre.

La nouvelle est tombée mardi, à la veille du début des négociations avec le syndicat pour reconduire hâtivement la convention collective des quelque 200 syndiqués. «Ce plan opérationnel est mieux adapté au nouveau contexte et permettra à l’entreprise de répondre plus adéquatement aux prévisions des prochaines années», a fait valoir la minière dans un communiqué publié en après-midi.

En fin de journée, le maire de Havre-Saint-Pierre, Berchmans Boudreau ne cachait pas sa déception sur la façon dont l’annonce a été faite par la société. «C’est un manque de respect», a-t-il déploré rappelant que les travailleurs amorcent leurs négociations mercredi. «C’est aussi une triste nouvelle pour toute la communauté (…) La quincaillerie, Rio Tinto, ce sont des choses qui s’accumulent».

La semaine dernière, les magasins Unimat de Havre-Saint-Pierre et Natashquan ont annoncé leur fermeture définitive, renvoyant à la maison 25 travailleurs. «Une perte d’emploi ce n’est déjà pas bon alors avec les temps qui courent, on craint que les gens quittent. On a hâte que les chiffres s’additionnent», a poursuivi le maire Boudreau, qui doit rencontrer Rio Tinto mercredi matin avec le préfet de la MRC, Luc Noël.

Coûts trop élevés
Rio Tinto Fer et Titane soutient faire «face à de nombreux défis et que ces décisions difficiles s’imposent afin d’assurer la pérennité des opérations minières». En entrevue, la porte-parole Claudine Gagnon a indiqué que l’entreprise «ne peut plus maintenir la structure actuelle». Les détails du «nouveau plan» n’ont pas été rendus publics et seront présentés d’abord aux travailleurs de la mine.

Les nouvelles directives doivent entrer en vigueur en août après l’arrêt planifié des activités pour la période estivale (huit semaines). Mercredi, Rio Tinto Fer et Titane doit rencontrer le syndicat pour arriver à devancer le renouvellement de la convention collective des salariés, qui vient à échéance normalement en juin 2018. Cette mesure fait partie des pistes de solution pour «s’améliorer», explique Mme Gagnon.

Le coordonnateur des Métallos sur la Côte-Nord, Nicolas Lapierre, n’a d’ailleurs pas souhaité commenter l’annonce de Rio Tinto étant donné le début des négociations.

Rio Tinto Fer et Titane embauchera désormais 193 syndiqués et 52 cadres.

Partager cet article