Coupes fédérales : Peu d’impacts à la Réserve de l’Archipel-de-Mingan

Photo de Fanny Lévesque
Par Fanny Lévesque

La Réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan, dont les bureaux administratifs sont situés à Havre-Saint-Pierre, parviendra à limiter les impacts des coupes fédérales, notamment grâce à son programme de départ volontaire. En Minganie, trois postes seront abolis et sept autres réduits. Au pays, les coupures du gouvernement conservateur se traduiront par l’abolition de 638 postes dans l’ensemble de l’Agence de Parcs Canada.

En Minganie, cinq employés de Parcs Canada ont adhéré au programme de départ volontaire, en choisissant de quitter pour la retraite. «Ce qui fait que nous n’avons pas eu à mettre personne à pied», a expliqué le directeur de la Réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan, Robin Lessard. Les trois postes abolis ainsi que ceux réduits touchent l’équipe administrative et scientifique.

«Il va falloir réorganiser les tâches en fonction des réductions, faire une évaluation du travail (…) mais l’Unité sera capable de poursuivre son travail et de continuer de se projeter vers le futur pour maintenir la renommée du Parc, nous sommes toujours bien positionnés», a-t-il assuré.

La direction indique du même souffle que ces changements ne toucheront pas les services sur les îles. «L’horaire des centres d’accueil de Havre-Saint-Pierre et de Longue-Pointe-de-Mingan sera modifié, mais il n’y aura pas de changements significatifs», a ajouté le directeur.

Par ailleurs, les centres ouvriront une semaine plus tard en début de saison, un changement que souhaitait apporter la direction avant même les coupes, pour couvrir plus adéquatement l’accueil de croisiéristes.

La Réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan embauche 63 employés à Havre-Saint-Pierre et à Longue-Pointe-de-Mingan, dont 37 saisonniers. Le parc fait également appel à une quinzaine d’étudiants durant l’été.

Partager cet article