Le CISSS tente de combler les vacances de l’anesthésiologiste à Sept-Îles

Le CISSS tente de combler les vacances de l’anesthésiologiste à Sept-Îles

L'hôpital de Sept-Îles.

Crédit photo : Archives - Le Nord-Côtier

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord est en démarches pour combler les vacances estivales du seul anesthésiologiste de Sept-Îles.

Le CISSS ne compte plus qu’un seul anesthésiologiste à Sept-Îles. Il est appuyé par la présence de dépanneurs. L’hôpital œuvre présentement à combler les quatre semaines de vacances non consécutives du médecin.

Sandra Morin, porte-parole pour le CISSS de la Côte-Nord, indique qu’une des quatre semaines de vacances a déjà été comblée.

«On est en démarches avec d’autres régions, avec le ministère, avec l’Association [des anesthésiologistes du Québec] pour en trouver. On est bien confiant qu’on va les combler et qu’on n’aura pas de découverture», rassure-t-elle.

Situation fréquente

La situation n’est pas inhabituelle pour le CISSS. L’institution doit régulièrement vaquer à combler les vacances de ses médecins et de ses spécialistes. Ce type de situation se répèterait chaque été et parfois au courant de l’année.

La députée de Duplessis, Lorraine Richard, a dénoncé la situation lors de son bilan parlementaire lundi, se disant inquiète et critiquant au passage le travail du CISSS Côte-Nord.

Sandra Morin explique que des plans de contingence sont préparés à titre préventif lorsque la date approche. Elle rappelle toutefois que le CISSS parvient généralement à combler son service et que les plans de contingences n’ont pas à être appliqués.

«On ne veut pas inquiéter la population avec ça. On ne veut pas que les mamans enceintes pensent qu’elles ne pourront pas accoucher à Sept-Îles. On ne veut pas que le monde panique avec ça», rassure-t-elle.