CHSLD : une déclaration fait bondir le syndicat des infirmières

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
CHSLD : une déclaration fait bondir le syndicat des infirmières
Nathalie Savard est présidente du Syndicat des intervenantes et intervenants de la santé du Nord-Est québécois.

Une déclaration de Dyane Benoît voulant que les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de la Côte-Nord aient le personnel requis pour donner les soins aux aînés a fait bondir Nathalie Savard, présidente du Syndicat des intervenantes et intervenants de la santé du Nord-Est québécois (SIISNEQ).

En point de presse jeudi, la directrice générale adjointe par intérim au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord a tenu ces propos alors qu’elle venait de se faire questionner sur le nombre d’employés qui manquaient en CHSLD.

La présidente du SIISNEQ, qui représente les infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes, n’en revient pas d’entendre ça. « Présentement, l’employeur est en train d’appeler les infirmières, les infirmières auxiliaires et les préposés aux bénéficiaires (de la CSN) pour dire aux membres on prend l’arrêté ministériel, on vous prend à temps partiel et on vous met à temps plein pour augmenter la disponibilité de tout le monde », a-t-elle expliqué.

Ce n’est pas que le syndicat soit fermé à trouver une solution s’il y a un problème, assure Mme Savard, qui dénonce l’incapacité du CISSS à cibler où se trouvent ses besoins, après trois semaines à se faire talonner à ce sujet.  « Ils nous disent qu’ils ont besoin de monde, mais pour faire quoi, ils ne le savent pas », a ajouté la présidente.

Enfin, s’il faut que ses membres soient obligés d’augmenter leur disponibilité ou encore passer à un horaire de 12 heures, comme c’est le cas du côté de la santé publique, la présidente réclame « un plus » pour eux.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires