Certains motoneigistes n’ont pas bonne presse dans la région

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
Certains motoneigistes n’ont pas bonne presse dans la région

L’image des motoneigistes en prend pour son rhume depuis quelque temps alors que certains événements ont été déplorés par la conseillère municipale Charlotte Audet, la Ville de Sept-Îles et les propriétaires des Jardins de Gallix.

Dans le premier cas, Mme Audet reproche le comportement « anti social et dérangeant » de motoneigistes dans certains secteurs résidentiels et même privés, alors qu’elle veut travailler au développement de sentiers pour eux. Elle est prête à les rencontrer.

De son côté la municipalité est intervenue sur les médias sociaux, rapportant que des motoneigistes circulaient très près des installations sportives, patinoires, anneaux, glissades, voire même directement sur la glace.

Quant à Josée Picard des Jardins de Gallix, « je suis pas mal tannée des conducteurs de motoneiges qui n’ont aucune notion de l’environnement qui les entoure. […] C’est mon gagne-pain que vous brisez sous la couche de neige, ce n’est pas nécessaire de voir les plants de fraises sortir au bout de la motoneige pour briser les plants, juste le poids de la motoneige qui tape la neige va les faire geler », a-t-elle partagé sur Facebook.

« Des hors-la-loi »

Le président du Club Ook-Pik, Michel Thibeault, n’est pas tendre à l’endroit des motoneigistes de hors-pistes, « de hors-la-loi » comme il les qualifie, qu’il blâme pour ces événements. Il leur reproche de circuler à des endroits sans permission, de faire un bruit insoutenable et d’endommager des terrains. « Tu ne passes pas à des endroits quand tu ne connais pas le fond », peste-t-il.

Il appuie à 100% les reproches de Mme Picard et déplore le respect qui n’est plus là chez certaines personnes.

M. Thibeault craint pour l’image et les droits d’accès de ceux et celles qui sont en règle. Il a fait état du cas du Club Harfang de l’Estrie qui se bat pour ravoir des accès.

« Ce sont quelques individus qui font payer pour 100 000 membres. Ce n’est pas normal ce que des gens font. Ils ternissent notre image. Nos membres sont respectueux ». Il mentionne que la règlementation s’adresse aux délinquants. « La loi, c’est pour les hors-la-loi ».

 

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de