Canu veut être maître chez lui

Photo de Mathieu Morasse
Par Mathieu Morasse
Canu veut être maître chez lui
Canu

Premier mini-album, premier vidéoclip, signature avec une maison de disque et avec un distributeur: le rappeur septilien Canu ambitionne de dominer et de développer la scène artistique nord-côtière du rap.

Le mini-album Art d’œuvre de Canu est sorti en magasins et sur les plates-formes numériques le 26 octobre. Mais déjà, le rappeur s’active en vue d’un album complet au printemps 2019.

Voilà quelques semaines, sa carrière a pris un tournant alors qu’il a signé un contrat avec le label Productions Drop et le distributeur Promotions Propaganda.

Il obtient entre autres plus de visibilité et reçoit des démos de beat de qualité provenant de divers musiciens.

«Je n’aurai plus besoin de produire aucune musique. C’est ce que je voulais depuis des années. Je vais maintenant avoir des grosses instrumentations aussi hot que des Américains.»

Il pourra ainsi se concentrer sur ce qu’il fait de mieux, à savoir l’écriture des textes, tout en restant maître des choix musicaux et des enregistrements.

Les portes du hip-hop

Le 9 octobre, Canu a lancé le vidéoclip de la chanson Gone, qu’il a lui-même tourné cet été à Sept-Îles. Ses prochains clips seront réalisés avec des partenaires locaux.

«C’est important pour moi de conquérir ma région avant de partir ailleurs et de faire travailler les gens d’ici. Je veux être certain d’avoir la reconnaissance non seulement de ma ville, mais aussi de ma région.»

L’été prochain, le rappeur de Sept-Îles souhaite se produire dans un maximum d’événements sur la Côte-Nord, sans pour autant sauter d’étapes.

«Dans le hip-hop sur la Côte-Nord, je pense que je suis le premier avec un contrat de disque et une sortie en magasins. Je veux montrer que le hip-hop existe ici, que ça se fait bien et que c’est pris au sérieux», avance-t-il.

Partager cet article