Café-théâtre Graffiti: Le ROSEQ lance son réseau d’été

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
Café-théâtre Graffiti: Le ROSEQ lance son réseau d’été
Le directeur artistique du Café-théâtre Graffiti, Yves Desrosiers est accompagné de la directrice générale du ROSEQ, Solange Morrissette, de la responsable du Comité de spectacles Par Natahsquan Louise Gagnon et du co-porte-parole du Réseau d’été, Pierre Flynn.

Sur la Côte-Nord, le coup d’envoi au Réseau d’été du Regroupement des organisateurs de spectacles de l’Est-du-Québec s’est effectué le 15 mai au Café-théâtre Graffiti. Au cours de cette chaude saison, 42 artistes sillonneront les routes pour venir à la rencontre des gens dans des contextes intimistes. Un total de 251 rencontres figure à la programmation.

Cet événement de lancement s’est déroulé en présence de l’un de ses coporte-parole, Pierre Flynn, qui éprouve un réel attachement pour ce réseau d’été. «J’ai commencé dans les années 70 avec le groupe Octobre. On se rendait alors jusqu’à Rimouski. Il n’y avait rien d’officiel plus à l’est. Le ROSEQ nous permet de faire plus de spectacles», indique-t-il.

Selon l’auteur-compositeur-interprète, la popularité de ce réseau de spectacle estival réside dans l’accueil réservé aux artistes. «Pour nous, ce n’est pas juste les grands centres qui sont importants. Ça nous amène à nous produire dans des lieux magnifiques, comme ici au Café-théâtre Graffiti. Ce sont des rencontres que l’on garde très longtemps en mémoire. Cette chaleur nous fait le plus grand bien.»

Du même coup, il salue le travail effectué par les diffuseurs et les intervenants des arts de la scène qui sont membres du ROSEQ. «Faire vivre une salle de spectacle, ça prend beaucoup d’enthousiasme, d’énergie. Ça exige beaucoup de passion. J’ai eu la chance de faire plus de 70 spectacles de ma tournée «Sur la terre». Un très grand intérêt se fait aussi sentir pour ce spectacle plus intimiste», ajoute-t-il.

Une passion contagieuse

Malgré les embûches, l’artiste demeure toujours aussi passionné par ce métier qu’il exerce depuis plus de 40 ans. «Des artistes tels que Nick Cave, Johnny Cash et Gilles Vigneault m’inspirent. Dans une société où l’on accorde beaucoup d’intérêt à la nouveauté,  je me considère chanceux d’être encore là et de pouvoir exercer ce métier. J’en retire toujours autant de plaisir», lance-t-il.

Pour se mettre un mode créatif, il trouve opportun de s’isoler. «On vit dans une société où l’on n’arrête jamais. Dans un tel contexte, je crois qu’il devient difficile d’entrer à l’intérieur de soi. Pour moi, la création l’exige, enchaîne-t-il. J’ai de la difficulté à écrire quand je suis en tournée de spectacles. J’ai besoin d’y accorder du temps. Je dois aller voir ce qu’il y a au fond de mon réservoir», dit-il.

Son spectacle

Dans «Nouvelle aventure sur la terre» qu’il présentera cet été un peu partout dans l’Est-du-Québec, Pierre Flynn sera accompagné du multi-instrumentiste, Michel Faubert. Il insiste pour dire que ce spectacle n’est en rien une formule réduite de ce qu’il présentait auparavant.

«J’ai voulu faire les choses différemment. C’est un autre voyage. Oui, les chansons de mon plus récent album sont à l’honneur. Mon partenaire de scène en a fait la mise en scène. Je fais aussi des chansons que je n’avais pas interprétées sur scène depuis longtemps. Ce n’est vraiment pas le même spectacle».

Réseau d’été

Parmi les artistes qui sillonneront la Côte-Nord cet été, on retrouve Ingrid St-Pierre, Michel Rivard, Martin Perizzolo, Renée Martel, Laurence Jalbert, David Thibault, Misses Satchmo, Bleu Jeans Bleu, Katherine Levac, Thomas Hellman, Les Grandes Crues et Martin Goyette. Des spectacles seront présentés au Café-théâtre Graffiti de Port-Cartier, à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles, à la Shed-à-Morue de Havre-Saint-Pierre et au Café-Bistro l’Échouerie de Natashquan.

Partager cet article