Bodh’aktan conserve son côté festif

Photo de Éric Martin
Par Éric Martin
Bodh’aktan conserve son côté festif
Fort d’un quatrième album à son actif, Bodh’aktan poursuit son ascension, avec notamment un nouveau venu dans le groupe, Marc-Étienne Richard (deuxième à partir de la gauche), comme violoniste. Les autres membres sont Alain Barriault, Alexandre Richard, Éric Gousy, Luc Bourgeois, Éric Tanguay et Ben Claveau. Photo Alexis Bourdages-Chabot

Parmi les sept membres de la formation Bodh’aktan, on retrouve deux Nord-Côtiers, soit Éric Tanguay et Alain Barriault. À la fin novembre, le groupe a lancé son quatrième album De temps et de vents. Sans pour autant se réinventer, le groupe conserve la même sonorité et cet esprit festif qui en a fait sa renommée au Québec et même en Europe.

Alain Barriault estime que ce quatrième album du groupe est un peu plus sérieux que les précédents en fonction des thématiques abordées. On y aborde les thèmes de la fête, de l’amitié, du temps qui passe, de l’urgence de vivre et d’histoires frivoles.

« On s’est quelque peu assagi. On est préoccupé par des choses différentes qu’il y a dix ans. Cependant, notre signature n’a pas changé. Ça demeure du rock celtique en français », tient-il à préciser.

Un succès plus « alternatif »

Fait intéressant à souligner, le groupe réussit à obtenir bien du succès, même si ses chansons ne jouent pas dans les radios commerciales. « On n’y peut rien. Cette situation ne nous affecte pas vraiment. Partout où l’on passe, on remplit nos salles », confirme le Cayen. « Ce qu’on fait plaît aux gens. Il y a un marché pour nous. Les portes de l’Europe nous sont grandes ouvertes. »

« La clientèle est là. Elle ne manque pas. La barrière de la langue n’a aucune importance là-bas », ajoute Alain Barriault, également enseignant de musique à l’École de musique de Havre-Saint-Pierre.

« C’est la musique qui compte. Ce marché est récent au Québec. Même s’il n’y a pas de festival de rock celtique, on participe aux gros événements. Je peux vous assurer qu’on en a roulé des kilomètres. Le côté festif de notre répertoire, on le doit sûrement en partie à nos racines acadiennes. »

Après avoir présenté un spectacle de lancement à Montréal et à Québec, la formation sillonnera les routes du Québec en mars et en avril. Une représentation se tiendra au Bar la Casa de Port-Cartier le 20 mars et le lendemain au Centre des congrès de Sept-Îles. Les billets sont en vente au www.lepointdevente.com. La compagnie District 7 en est le présentateur officiel.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de