Bocar Diagana s’intègre pleinement à sa communauté d’accueil

Photo de Éric Martin
Par Éric Martin
Bocar Diagana s’intègre pleinement à sa communauté d’accueil

Enseignant en technologie minérale au Cégep de Sept-Îles, Bocar Diagana s’est pleinement intégré  à la communauté où il s’est établi il y a plus de 4 ans. À son arrivée, il a constaté qu’il n’y avait pas d’association pour les nouveaux arrivants. De concert avec Hélène Lejeune du Centre alpha Lira, il a fondé l’Amicale interculturelle de Sept-Îles (AMIS) qui compte aujourd’hui plus de 100 membres.

Originaire de la Mauritanie, un pays du nord-ouest de l’Afrique, Bocar Diagana parlait très bien le français lorsqu’il s’est établi au Québec il y a dix ans déjà. Géologue de formation, il s’est déplacé un peu partout sur le territoire, dont à Schefferville où il a pu faire connaissance avec des Innus. C’est ce qui fait en sorte qu’il ne s’est pas senti si dépaysé à son arrivée à Sept-Îles.

Un meilleur avenir

Comme plusieurs immigrants, Bocar Diagana s’est exilé pour des raisons économiques. « Je rêvais d’une vie meilleure. Je voulais assurer un meilleur avenir à mes proches. J’ai été très bien accueilli ici. Je suis à la base quelqu’un de très sociable », renchérit-il. « Bien sûr, j’ai dû m’adapter au climat et embrasser les valeurs québécoises. Cependant, ça n’a pas été difficile. »

Il est cependant à même de constater que certains préjugés persistent en matière d’immigration. «  Il faut encore démystifier l’immigration. On se doit d’aller vers la communauté locale. Ce n’est pas qu’un enjeu électoral », insiste M. Diagana. « Pour ce faire, on doit établir un réel dialogue. On participe à la construction du Québec sans pour autant oublier d’où nous venons. »

L’importance de se regrouper

Même si un pas se doit d’être fait vers l’autre, les nouveaux arrivants doivent également se côtoyer, croit-il fermement. « Les nouveaux arrivants ne savent pas nécessairement où aller pour se construire des relations. Ils doivent se voir entre eux pour ensuite aller vers les autres. On doit briser l’envie qu’ont certains de retourner dans les grands centres urbains. Ils doivent finir par trouver leur repère. On en fait là notre mission à l’AMIS. »

C’est dans cette optique que l’AMIS invite les Septiliens à célébrer les Fêtes en compagnie des nouveaux arrivants.  Cette soirée sous le signe du partage interculturel est organisée en collaboration avec le Centre alpha Lira. Elle aura lieu au 437, avenue Arnaud, le 28 décembre à 18h30. Le coût d’entrée est de 10 $ pour les adultes. L’entrée est gratuite pour les moins de 14 ans.  Chaque convive est prié d’apporter un mets traditionnel de son pays d’origine.

Pour obtenir plus d’informations sur cette association, il suffit de consulter sa page Facebook ou bien d’entrer en contact avec ses administrateurs par courriel au amiseptiles@gmail.com.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de