Bilan démographique : la Côte-Nord se vide à une vitesse alarmante

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Bilan démographique : la Côte-Nord se vide à une vitesse alarmante
Rare bonne nouvelle pour la Côte-Nord en matière démographique, son indice de fécondité, plus élevé que le reste du Québec. Photo iStock

Les bonnes nouvelles sont plutôt rares pour la Côte-Nord dans le bilan démographique de 2019, qui vient d’être publié par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ). La région affiche le déclin de population le plus marqué dans la province.

Au 1er juillet 2018, la région comptait une population de 91 213 personnes, soit 1 500 de moins qu’en 2016, une baisse d’environ 1,6 %. Selon l’ISQ, la Côte-Nord est l’une des rares régions où le bilan démographique s’est détérioré en comparaison avec la période 2011-2016.

Comme on peut s’en douter, la Côte-Nord affiche aussi un solde négatif dans ses échanges migratoires avec les autres régions du Québec, une perte de 905 personnes en 2017-18. Toutefois, ce déficit est moins important que celui des trois années précédentes, déficit qui s’élevait alors autour de 1 300 personnes en moyenne.

Après Montréal, c’est la Côte-Nord qui subit les pertes migratoires les plus marquées. De plus, elle est la seule région au Québec où tous les groupes d’âge enregistrent des pertes, les plus importantes se trouvant chez les jeunes en âge d’étudier, soit les 15-24 ans (-208 personnes).

Une baisse importante

Si la tendance se maintient, la Côte-Nord pourrait compter une population de seulement 79 000 habitants en 2041, soit une baisse de 15 % par rapport à 2016, ce qui représenterait la baisse démographique la plus importante parmi les quatre régions se dirigeant vers une décroissance de leur population.

Comme partout ailleurs au Québec, le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus devrait augmenter d’ici 2041, pour atteindre 30 %. Il est présentement 18,8 %, autant sur la Côte-Nord que pour l’ensemble de la province.

Cette augmentation se ferait forcément au détriment de la population dite en âge de travailler, soit les 20-64 ans, qui formerait alors 51 % de la population totale comparativement à 60 % présentement (60,4 % au Québec).

Parmi les rares bonnes nouvelles pour la région, on peut souligner la fécondité. Ce qu’on appelle l’indice synthétique de fécondité s’élève à 1,82 enfant par femme nord-côtière en 2018, comparativement à 1,59 pour le Québec. De ce fait, le nombre de 0-19 ans (21,2 %) est légèrement plus élevé ici que la moyenne provinciale (20,8 %).

L’espérance de vie sur la Côte-Nord est plus basse qu’ailleurs au Québec. Elle est de 78,9 ans pour les hommes (80,3 au Québec) et de 82,7 ans pour les femmes (84,1).

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de