Badminton Rouge et Or : une première année particulière pour Daphnée Vollant

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
Badminton Rouge et Or : une première année particulière pour Daphnée Vollant
Après le Husky et les Élans, Daphnée Vollant portera maintenant les couleurs du Rouge et Or de l’Université Laval. (Photo : Courtoisie )

Daphnée Vollant vit une première rentrée universitaire assez particulière. Les cours de sa première session au baccalauréat en enseignement de l’éducation physique à l’Université Laval se suivent à distance, via Zoom, en raison de la pandémie. Et que dire de ses premiers coups de raquette au sein du Rouge et Or badminton? Comme la Capitale-Nationale (région de Québec) est passée en zone rouge à la mi-octobre, les entraînements en équipe sont suspendus.

Ça ne date pas d’hier que Daphnée souhaitait porter les couleurs du Rouge et Or de l’Université Laval. Peu importe le sport, ou presque. C’était dans ses intentions alors qu’elle jouait au soccer au début de la dizaine et qu’elle espérait un jour joindre les rangs de la formation d’Helder Duarte, décédé en février 2019. Elle a délaissé le ballon rond à l’âge de 12 ans, tout en gardant le même objectif en tête.

«C’est un accomplissement pour moi avec le travail fait pour en arriver là. Je suis allée étudier à Québec pour mon Cégep pour après être avec le Rouge et Or», a mentionné Daphnée en entrevue. «Le Rouge et Or, c’est le top d’où j’aurais voulu être dans ma carrière», a-t-elle ajouté.

La Septilienne, ancienne joueuse du Husky de l’école Jean-du-Nord/Manikoutai et porte-couleurs des Élans de Garneau lors de ses études collégiales, a pu s’entraîner avec ses coéquipiers du Rouge et Or un bon mois et demi. Depuis, elle profite d’un programme d’entraînement donné par le préparateur physique du club. Elle a aussi accès au PEPS de l’Université Laval, mais que pour pratiquer en compagnie d’une seule autre personne.

Pour les compétitions, c’est le néant pour la saison 2020-2021. Il n’y a rien de confirmé encore. Daphnée Vollant ne s’est donc pas fixé d’objectifs pour sa première année sur le circuit universitaire, mais pour l’an prochain, elle espère faire sa place et être parmi les partantes pour les tournois.

Pour les études, la jeune femme de 19 ans trouve ça difficile présentement de garder la motivation avec les cours à distance. «On a beaucoup de programmes d’entraînement à travailler de la maison, c’est un gros défi. Je suis à l’université, mais je n’ai presque pas été sur le campus», a-t-elle mentionné. Depuis le début de la session, elle passe des périodes d’un mois à Sept-Îles et d’un mois à Québec.

Daphnée a eu l’occasion une fois d’agir comme enseignante remplaçante à l’école Gamache, en éducation physique, une expérience qu’elle avait également vécue l’an passé. Une belle façon d’acquérir de nouveaux outils.

Il ne lui reste qu’à attendre un retour à une certaine normalité!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires