Anne, la maison aux pignons verts : une œuvre intemporelle

Photo de Louise Savard
Par Louise Savard
Anne, la maison aux pignons verts : une œuvre intemporelle
Anne, la maison aux pignons verts a fait le tour de la planète depuis sa création littéraire par Lucy Maud Montgomery en 1908. (Photo : courtoisie )

Que ce soit en téléséries, en film, en comédie musicale, en mangas et même en dessins animés, l’histoire romancée d’Anne, la maison aux pignons verts a fait le tour de la planète depuis sa création littéraire par la Canadienne Lucy Maud Montgomery en 1908. Dans ce qui serait une toute première adaptation théâtrale en français, la pièce nous sera offerte en trois temps le 14 mars prochain à Sept-Îles.

Une œuvre universelle sur la différence et la tolérance qui a affronté moult préjugés raconte Frédéric Bélanger qui en signe et l’adaptation et la mise en scène.

«Elle (la pièce) connaissait un succès monstre auprès de la gent féminine, mais était boudée de l’élite même au Québec, parce que c’était écrit par une femme!» Elle fut même publiée en France avant le Québec.

La pièce met en scène cinq comédiens, dont le Septilien Philippe Touzel dans le rôle de Gilbert. M. Bélanger ne voulait surtout pas reproduire ce qui avait été fait en téléséries, mais transposer cette œuvre initiatique au théâtre, en mettant en avant-plan «la parole de l’enfant» qui traverse le chemin de l’adolescence vers l’âge adulte.

Rester fidèle à l’œuvre en conservant l’humour inhérent au personnage principal était aussi primordial. «L’humour d’Anne, malgré son côté tragédienne, son côté intense, fait en sorte que ça dédramatise parce qu’il y a tellement d’humour et de candeur. Je voulais que l’on garde ça sur scène», a-t-il laissé entendre.

Par quelle magie, depuis tant d’années, cette œuvre peut-elle à la fois intéresser autant les adultes que les enfants? «C’est quelque chose qui nous parle parce que ces tourments-là de l’enfance jusqu’à l’âge adulte, ces questions, ces cheminements qu’on a tous vécus, nous rassemblent veux, veux pas!»

Le Septilien Philippe Touzel fait partie de la distribution d’Anne, la maison aux pignons verts. (Photo : courtoisie)

Touzel le comédien

Pour Philippe Touzel, ce sera son tout premier rôle à titre de comédien avec sa participation dans Anne, la maison aux pignons verts.

«J’ai fait beaucoup de théâtre musical au cours de ma jeune carrière, mais Frédéric m’a engagé pour mon premier contrat de théâtre (traditionnel) et ça m’a apporté beaucoup. C’est vraiment une expérience que je suis vraiment content de vivre et je suis privilégié de pouvoir faire ça», a laissé savoir l’artiste.

Rappelant que sous forme de comédie musicale, Anne, la maison aux pignons verts avait déjà été présentée avec succès par la Troupe du Masque d’Or, le Septilien nous invite à renouveler l’expérience de façon différente.

«C’est une première adaptation française en théâtre par Frédéric. C’est vraiment une pièce touchante avec des valeurs principales comme l’acceptation de soi et celle des autres. J’invite les gens à venir. Ça me fera tellement plaisir de voir tout le monde.»

Déjà la matinée du jeudi 14 mars pour les enfants affiche complet. Il reste des places en après-midi à 13h30 et bien sûr en soirée dès 19h30 à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles.

 

Partager cet article