AMIK vise la conservation du saumon atlantique

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques

L’agence Mamu Innu Kaikusseth (AMIK) met en place un projet dans sept communautés innues, pour promouvoir la conservation du saumon atlantique, en valorisant les connaissances traditionnelles autochtones sur la gestion, la pêche et l’habitat de l’espèce.

Mamu Innu Kaikusseth, qui signifie «ensemble les pêcheurs autochtones», est un organisme à but non lucratif fondé en 2006 ans afin de promouvoir la pêche, l’une des activités traditionnelles des membres des Premières Nations. Cathérine Béland, chargée de projet en environnement au sein de l’AMIK, explique que l’agence souhaite promouvoir et retranscrire les méthodes traditionnelles autochtones de la pêche du saumon et de sa gestion au sein des communautés.

«Le saumon est une ressource de pêche très importante pour les communautés innues. Particulièrement à l’époque, lors de la saison printanière, c’était l’un des aliments de base. Le saumon a également une valeur symbolique très forte. Il symbolise l’abondance et de la prospérité», a-t-elle expliqué.

Afin de connaitre et de valoriser les méthodes de gestion et de pêche traditionnelles, l’AMIK rencontrera tout d’abord des intervenants clefs, tels que les conseils de bande et la Fédération québécoise du saumon atlantique, afin d’évaluer les besoins en argent et en main-d’œuvre dans le secteur de la pêche.

Par la suite, l’agence consultera les aînés innus afin de recueillir des informations sur les méthodes de pêche traditionnelle, mais aussi les méthodes de gestion de la ressource dans les communautés. Mme Béland précise que l’objectif est d’élaborer des capsules d’information audio et vidéo, ainsi que des brochures afin de diffuser au maximum l’information.

«Ce que souhaitons, c’est travailler en collaboration avec le maximum de personnes ressources possibles et essayer de faire un arrimage entre les méthodes traditionnelles et celle issue des sciences», a-t-elle déclaré.

Information auprès des jeunes
Dans une troisième étape, l’AMIK envisage d’informer les jeunes du primaire et du secondaire sur les traditions de la pêche. L’association ira dans les écoles primaires pour mettre des aquariums dans les classes et initier les enfants aux bons gestes environnementaux. Les élèves du secondaire seront informés sur la valeur culturelle et symbolique de la pêche traditionnelle. Des rencontres entre les jeunes et les anciens sont prévues.

Le projet sera monté sur la période d’août 2012 à décembre 2013. Depuis 2009 l’AMIK travaille en collaboration avec plus d’une centaine de pêcheurs et aide-pêcheur. L’AMIK est partenaires avec les Innus d’Essipit, de Pessamit, de Uashat mak Mani-Utenam, d’Ekuanitshit, de Nutashkuan, d’Unamen-Shipu et de Pakua-Shipu.

L’Agence Mamu Innu Kaikusseht a également entamé la deuxième phase de son projet sur l’évaluation de la biomasse algale. Cette recherche a pour objectif d’évaluer l’abondance de certaines espèces d’algues afin d’en déterminer le potentiel d’exploitation. De nouveaux sites algaux ont été identifiés.

L’agence rapporte que la recherche, en plus d’avoir un intérêt scientifique, présente un intérêt économique. Elle explique que l’amélioration des connaissances sur la ressource permettra la réalisation d’une étude de marché afin de développer des produits impliqués dans la transformation d’algues.

Partager cet article