Alcool: La Côte-Nord, championne de la consommation excessive  

Photo de Fanny Lévesque
Par Fanny Lévesque

La Côte-Nord détrône le Saguenay-Lac-Saint-Jean à la tête du palmarès de la consommation excessive d’alcool. Les Nord-Côtiers lèvent le coude plus fort selon un sondage d’Éduc’alcool, dépassant ainsi le plus souvent les limites occasionnelles recommandées de trois verres pour une femme et de quatre pour un homme.

Le coup de sonde révèle que 81% des Nord-Côtiers disent avoir bu plus de trois ou quatre consommations lors d’une même occasion alors que la moyenne au Québec s’élève à 72%. Au total, 54% des gens de la région ont aussi exprimé avoir consommé cinq verres et plus, toujours dans une même occasion, au courant de la dernière année (43% au Québec).

Les Nord-Côtiers boiraient aussi plus souvent en moyenne, soit quatre fois par semaine, près d’une fois de plus que les Québécois en général (3,3). Selon Éduc’alcool, les habitudes de consommation des Nord-Côtiers s’expliquent notamment par la plus forte proportion de jeunes âgés entre 25 et 34 ans (25%), de travailleurs à temps à plein (60%) et de familles gagnant 100 000 dollars et plus (31%).

«Prenez l’équation, des jeunes, qui travaillent fort et qui gagnent passablement d’argent. Bien, la fin de semaine, ils ont tendance à pousser le bouchon un petit peu plus», souligne le directeur général de l’organisme, Hubert Sacy.

Sur la Côte-Nord, les consommateurs d’alcool le font davantage à la maison (77%) ou chez des amis (76%).  «On va donc promouvoir les outils qui aident à organiser un party réussi par exemple», indique M. Sacy, qui affirme que des mesures «modulées» selon les régions seront prises par l’organisme pour promouvoir de saines habitudes de consommation d’alcool.

Les Nord-Côtiers trinqueraient aussi en jouant à des jeux de hasard, dans une proportion de 20%, le double que la moyenne québécoise.

Plus sévère ailleurs

Les gens de la Côte-Nord sont néanmoins prudents lorsqu’ils consomment de l’alcool. Le sondage démontre que 3% des Nord-Côtiers ont déjà pris le volant en boisson, la moitié moins que la moyenne provinciale (6%). Un grand nombre de répondants (40%) jugent même que la limite actuelle d’alcool dans le sang pour conduire un véhicule n’est pas assez sévère.

Selon Éduc’alcool, l’intransigeance des automobilistes de la région s’explique par le fait qu’environ 36% d’entre eux ont croisé un barrage policier, comparativement à 25% pour le reste du Québec.

Bien qu’ils soient les champions de la consommation avec excès, Éduc’alcool souligne que la majorité des Nord-Côtiers prennent un verre de façon modérée «mais qu’il y a un plus grand pourcentage qui le font de manière excessive» qu’ailleurs au Québec.

Le coup de sonde réalisé par la firme CROP repose sur 2 400 entrevues téléphoniques, environ 150 par région, effectuées à l’automne 2014. La marge d’erreur pour les résultats par région atteint 8%.


 

(Photo: Metro.com) 

 

Partager cet article