Air Canada : un changement d’horaire qui coûte cher

Photo de Nicolas Dupont
Par Nicolas Dupont
Air Canada : un changement d’horaire qui coûte cher

Depuis le mois de mai, Air Canada a éliminé de son offre de services les vols de soir entre Québec et Sept-Îles. La Commission scolaire du Fer déplore ce changement qui lui occasionne des coûts importants.

Dans une lettre adressée à Air Canada, le président de la Commission scolaire du Fer, Rodrigue Vigneault, explique les impacts de ce changement sur son organisation.

« Chaque année, plusieurs membres de notre personnel doivent se déplacer en avion à Québec dans le cadre de leur travail. Pour eux, le départ en soirée de Québec vers Sept-Îles permettait le retour à la maison après la journée de réunion ou de formation. Or, la disparition de cette liaison en soirée nous occasionne des coûts supplémentaires significatifs en hébergement, frais de subsistance et remplacement. »

Bien que le montant exact n’ait pas été chiffré, M. Vigneault estime que ce sont des milliers de dollars supplémentaires qui devront être déboursés par la Commission. Il souligne également que les organismes publics ne bénéficient pas du programme de réduction des tarifs aériens en région.

De son côté, la députée de Duplessis, Lorraine Richard, pourfend le transporteur aérien. « Air Canada a le monopole et prend ses décisions en fonction de ses besoins et de profits. Ils n’ont aucun souci de leur clientèle ou des impacts de leurs décisions. Ils ne consultent personne et font ce qu’ils veulent. »

Questionnée sur le changement apporté aux horaires, voici la réponse d’Air Canada : « Air Canada révise et apporte des modifications à son horaire de vols de façon régulière pour des raisons opérationnelles et commerciales. Dans le cas de la liaison entre Sept-Îles et Québec, Air Canada assure deux vols quotidiens depuis le mois de mai 2019 avec le Dash 8-300 de cinquante sièges plutôt que le Dash 8-100 de trente-sept sièges. De plus, ces appareils sont en voie d’être équipés de la technologie permettant la surveillance dépendante automatique en mode diffusion (ADS-B) qui devrait améliorer la fiabilité lors de conditions météorologiques plus difficiles. »

« J’ose espérer que d’autres organisations vont dénoncer cette situation », a lancé M. Vigneault.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de