Accident de travail : La CSST montre du doigt l’entreprise Gastier M.P. inc.

Photo de Fanny Lévesque
Par Fanny Lévesque

La Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) conclut que l’entreprise Gastier M.P. inc. d’Anjou a utilisé une méthode de travail inadéquate et a fait preuve d’une gestion déficiente pour l’utilisation d’une plateforme élévatrice. Le 24 mai 2012, le chaudronnier, Éric Gélinas, a perdu la vie après avoir été coincé entre une poutre et le panneau de commande d’une plateforme élévatrice qu’il manœuvrait, sur le chantier d’ArcelorMittal Mine Canada à Mont-Wright, près de Fermont.

À la lumière de son enquête, la CSST a identifié deux causes pour expliquer l’accident mortel. Les conclusions de la commission ont révélé que la vitesse trop grande de déplacement du panier a empêché le travailleur d’arrêter à temps l’appareil, lorsqu’il a été poussé contre une poutre. Dans un deuxième temps, l’enquête révèle qu’une inspection rigoureuse des zones à risque n’a pas été réalisée et qu’une procédure claire n’a pas été fournie au travailleur pour qu’il fasse fonctionner sa plateforme à vitesse minimale en présence d’obstacles. ¸

La CSST considère que l’entreprise a agi de façon à compromettre la sécurité des travailleurs. Un constat d’infraction a été délivré. L’amende varie entre 15 420$ à 61 680$ pour une première offense pour ce genre d’infraction. À la suite de l’accident, l’employeur et le maître d’œuvre du chantier ont élaboré une méthode sécuritaire de travail pour placer une plateforme élévatrice à proximité de zones possibles de coincement, à l’exigence de la CSST.

L’accident
Le matin du 24 mai, Éric Gélinas effectue du marquage sous les poutres d’acier du plafond d’une structure du concentrateur pour identifier l’endroit des points d’attache de certains équipements. Il prend place dans le panier d’une plateforme élévatrice à mât articulé. Alors qu’il place le panier vers un point à marquer, son dos reste coincé entre une poutre d’acier et le panneau de commande de la plateforme.

C’est un collègue qui est parvenu à le libérer en utilisant le panneau de commande de l’appareil au sol. Le décès du travailleur a été constaté au Centre de santé et des services sociaux de l’Hématite.

Photo : courtoisie – CSST

Partager cet article