Accepter l’inacceptable, faire le deuil de son enfant

Photo de Karine Lachance
Par Karine Lachance
Accepter l’inacceptable, faire le deuil de son enfant
Karine Lizotte, en compagnie de ses deux enfants, présente son deuxième livre; Fay et la grande oubliée. (Photo : courtoisie )

La mort d’un enfant va à l’encontre du cycle normal de la vie. Pour l’auteure Karine Lizotte, le fait d’écrire des livres pour enfants, inspirés de la vie et des dessins de sa fille décédée très jeune, est un moyen qui l’aide dans son processus de deuil et dans l’acceptation de cette situation, pourtant inconcevable. Elle tente aujourd’hui de se redonner le droit d’être heureuse et de refaire confiance à la vie.

La petite Fay était une jeune fille remplie de bonté, de joie de vivre et avait une personnalité artistique très forte pour son jeune âge.

Elle est décédée tragiquement en octobre 2016 à l’âge de 7 ans, laissant sa famille dans l’incompréhension et face à un vide immense. Karine, Martin et les enfants ont tenté durant des mois de trouver une explication face à ce sentiment d’injustice et de colère envers la vie.

«Tu te demandes pourquoi ça t’arrive, qu’est-ce que tu as fait pour mériter ça», partage Karine Lizotte.

Les étapes d’un deuil ne se font pas du jour au lendemain et la voie vers l’acceptation n’est pas de tout repos. Pour Karine, écrire des livres pour enfants lui permet de cheminer, mais également de sentir que sa fille Fay est toujours vivante et voyage entre les mains de ces centaines de familles qui prennent le temps lire ses histoires.

«Fay rêvait de voyager, j’ai l’impression qu’elle le fait à travers tous ces gens qui achètent mes livres.»

Des livres qui représentent la réalité

Karine a composé son premier livre peu de temps après la perte de sa fille. Après coup, elle réalise que son deuil et ses émotions qu’elle vivait à l’époque sont reflétés à travers les personnages.

«Mon premier livre c’était vraiment la colère, tout comme où j’en étais dans ma propre vie. Je me demandais pourquoi ça nous arrivait à nous, j’étais très fâchée envers la vie. Je cherchais un coupable, mais pourtant c’était la faute de personne.»

Le deuxième livre de Karine, qui sera disponible très prochainement, aborde le sentiment de culpabilité, mais également le pardon.

«Ce livre fait état de où j’en suis rendue aujourd’hui. Je ne peux pas être fâchée toute ma vie, je dois accepter la situation, pardonner et aller de l’avant. Un peu comme dans mon livre, après une période de noirceur, la couleur revient», confie-t-elle.

Les personnes intéressées à se procurer l’un des livres de Karine, ou qui veulent en connaître davantage à propos de cette auteure sont invitées à se rendre sur la page Facebook Karine Lizotte auteure.

 

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de