Les détenus ne reviendront pas de l’été au Pénitencier de Port-Cartier

Par Sylvain Turcotte 5:00 AM - 10 juillet 2024
Temps de lecture :

Le pénitencier de Port-Cartier est un établissement à sécurité maximale, qui comptait 225 détenus avant l’évacuation.

Les détenus du Service correctionnel du Canada de Port-Cartier, évacués le 22 juin en raison des feux de forêt, passeront fort probablement l’été dans d’autres établissements.

Même si les feux de forêt au nord de Port-Cartier ont eu à un certain moment le statut de « maîtrisés », la SOPFEU n’a pas recommandé à Service correctionnel du Canada le retour des prisonniers.  

« C’est un moyen de précaution pour ne pas être obligé de refaire une évacuation d’urgence », a fait savoir le président régional du Syndicat des agents correctionnels du Canada (UCCO – SACC CSN), Mike Bolduc.  

Déjà, la situation a évolué et l’un d’eux s’est dégradé et est de retour au stade « contenu ». 

M. Bolduc assure qu’il n’y a aucune fermeture envisagée pour le Pénitencier de Port-Cartier.

« Il n’y a aucun pourparler de fermeture. Les détenus vont revenir. Il n’y a nulle part ailleurs où ils peuvent [aller] », dit-il

Une rencontre doit avoir lieu d’ici début août, pour une mise à jour sur leur éventuel retour. Quant aux agents correctionnels de Port-Cartier, certains sont invités à aller prêter main-forte dans les établissements où ont été relocalisés les détenus, notamment à Laval et Sainte-Anne-des-Plaines.

D’autres poursuivent leur formation qu’ils n’avaient pas eu le temps de terminer, en raison du manque de main-d’œuvre. Quelques-uns sont aussi affectés au nettoyage pour la santé et la sécurité de tous. Quelques objets illégaux ont été trouvés, selon le président régional du Syndicat. 

Un plan d’évacuation à revoir

Au sujet des démarches pour l’évacuation des 21 et 22 juin, Mike Bolduc trouve inacceptable le plan mis en place par la direction.

« Il y a zéro plan, même si c’est quelque chose qu’ils n’ont jamais vécu. Ils vont devoir refaire leur manuel d’urgence », peste-t-il, au sujet de la direction. « Ils ont beaucoup de devoirs à faire. » 

Service correctionnel Canada a qualifié l’évacuation de 225 détenus en l’espace de 24 heures d’historique, aux dires de M. Bolduc, mais ce sont les agents correctionnels qui ont répondu de main de maître, souligne-t-il.

Il trouve inconcevable que des détenus aient été attachés avec des tie-wrap. Il se désole aussi de l’état des véhicules.  

Le président régional soutient que les agents correctionnels sont les enfants pauvres du gouvernement, alors qu’il y a négociation pour la convention collective. « C’est la sécurité publique de tout le monde », conclut-il. 

Collaboration Vincent Berrouard

Partager cet article